Un reportage de Sébastien Gobert, à Kiev, en Ukraine

Petro Poroshenko, oligarque ukrainien, propriétaire de la marque Roshen :

Tout le monde en Russie, en Occident et en Ukraine comprend que pour les chocolats ukrainiens, ça n'a rien à voir avec la sécurité alimentaire.

Confiseries au chocolat
Confiseries au chocolat © Radio France / David Leggett

Petro Poroshenko est à la tête de la confiserie ukrainienne Roshen, l'une des plus importantes au monde. Il se défend de l’embargo qui frappe, en Russie, ses chocolats et confiseries.

Une décision prise par les autorités sanitaires de la Fédération de Russie, et qui donne aux échanges commerciaux entre les deux pays, un goût amer.

Dans une boutique colorée du centre de Kiev, nombreux sont les clients qui choisissent avec des regards alléchés des chocolats et confiseries Roshen. Beaucoup d'entre eux sont des touristes russes qui font le plein avant de rentrer au pays. Et pourtant, à la fin juillet, leur service de sécurité sanitaire a trouvé dans ces chocolats du benzopyrène, un composant chimique toxique, et a interdit toute importation des produits Roshen. Une cliente est venue de Moscou. Visiblement, ce qu'a décrété son gouvernement n'a pas vraiment d'importance :

Tout ça, c'est de la politique. Moi j'aime le goût de ces chocolats.

Roshen exportait entre 10 et 15% de sa production vers la Russie donc c'est un coup dur. Mais en Ukraine, les ventes de la marque ont bondi de 13% depuis l'annonce de la décision russe et personne ne semble convaincu de ces accusations.

D'ailleurs, aujourd'hui, les chocolateries incriminées par les Russes n'ont pas encore été contrôlées.

Petro Poroshenko :

Pendant les deux premiers mois, nous avons envoyé des messages à nos partenaires russes en charge des inspections sanitaires : « s'il-vous-plaît, nous sommes prêts à vous ouvrir nos centres de production. Si vous avez le moindre doute, venez voir par vous-mêmes ». Pendant deux mois, personne n'est venu. Nous avons juste suivi l'affaire à travers les médias.

Il s'agirait donc d'une attaque ciblée sur fond d'affrontement politique. En plus d'être un homme d'affaires, Petro Poroshenko est un homme politique qui possède une chaîne de télévision très influente. Il a retourné sa veste plusieurs fois, mais il a fait preuve d'une conviction constante : il a toujours défendu l'intégration européenne de son pays. L'Ukraine s'apprête à signer un accord d'association ambitieux avec l'Union européenne à la fin novembre. L'accord entamerait un processus de réformes de fond dans le pays, et établirait une zone de libre-échange avec les 28 pays de l'Union.

Aussi, la signature de l'accord marquerait un coup d'arrêt certain au rêve russe de voir un jour l'Ukraine se joindre à son projet d'Union Eurasienne.

Même si le parti des régions, majoritaire au parlement ukrainien, est considéré comme très russophile, certains s'irritent de l'attitude russe, comme le député Volodymyr Oliynyk :

La Russie se comporte avec nous comme si nous faisions encore partie de l'URSS. Selon moi, on ne peut pas se conduire de cette manière entre partenaires, ce n'est pas convenable.

Environ un quart des exportations ukrainiennes sont dirigées vers la Russie et il y a de sérieuses inquiétudes quant à de nouveaux affrontements commerciaux à venir. Fin septembre, l'agence de notation Moody's a ainsi dégradé la note de la dette ukrainienne. Il semble que pour l'Ukraine, tout ait un coût très élevé, que ce soit l'émancipation vis-à-vis de la Russie, le rapprochement avec l'Union européenne, ou le chocolat.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.