Direction l’Allemagne ce matin, avec une réforme qui fait polémique. Le gouvernement allemand souhaite limiter l’usage de l’argent liquide. Raison invoquée : la lutte contre le financement du terrorisme. Une mesure qui passe mal outre-Rhin, car les citoyens allemands restent très attachés au paiement en espèces. Reportage de Cyril Sauvageot.

Chez ce boucher berlinois, impossible de payer ses saucisses en carte de crédit.

Les frais sont trop importants, c’est pour ça qu’on ne prend pas la carte !

Réponse identique dans beaucoup de commerces et de restaurants. Mais même quand ils ont le choix, les Allemands préfèrent encore souvent les espèces sonnantes et trébuchantes : près 80 % des transactions se font en liquide, y compris pour des sommes conséquentes – meubles, bijoux ou électroménager. Une question de liberté estime Stefan, qui vient de payer cash sa nouvelle télé.

Il m’arrive aussi de payer par carte, mais je veux décider par moi-même. En tant que citoyen, je dois pouvoir disposer librement de ce qui m’appartient. Je ne veux pas qu’on puisse savoir tout ce que j’achète ou que je n’achète pas. De mon point de vue, on doit même pouvoir acheter une voiture en liquide.

Billets de 50 euros
Billets de 50 euros © Matthias Balk/dpa/Corbis

Acheter sa voiture avec une liasse de billets, la pratique peut surprendre. Mais elle est courante en Allemagne. Ce sera plus difficile à l’avenir, avec le projet du ministère des finances qui veut limiter les paiements en espèces à 5000 euros (contre 3000 en France), et interdire les billets de 500 euros. Un moyen selon le gouvernement de lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Mais la réforme est très critiquée, et pas seulement par les consommateurs. Le patron de la banque centrale allemande, Jens Weidmann…s’y est opposé publiquement. De nombreux élus – de gauche comme de droite – sont sceptiques… au nom de la protection des données personnelles. Et le puissant quotidien Bild , le journal le plus lu en Allemagne, a lancé une campagne dont il a le secret… appelant les citoyens à signer sa pétition intitulée : Enlevez les mains de notre argent !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.