A Jérusalem en plein centre de la ville, deux artistes sont en train de faire émerger une galerie d’art à ciel ouvert. Ces deux Israéliens on eut l’idée il y a un an de faire du graff sur les stores des magasins dans le plus important marché de la ville qui s’appelle Mahané Yehuda. Depuis le marché est devenu une galerie de portrait. Cela participe au dynamisme du lieu qui est un endroit de sortie le soir. Mais il a fallu pour cela respecter le caractère traditionnaliste de la ville. Un reportage d'Etienne Monin

22h. la lumiere est blafarde. Dans l’une des allées du marché, avec un masque sur le nez, Solomon Souza, commence son graff sur le store baissé d’un des petit commerce. Il est devenu le peintre officiel du marché, avec son partenaire Berel Hahm qui a eut l’idée de demarcher les commercant pour transformer leur store en vitrine artistique.

graff jerusalem 3
graff jerusalem 3 © Radio France

Solomon peint des portraits.

Il en fait déjà plus de 140, sur 360 magasins.

Ils sont visibles le soir et le samedi quand les stores sont baissés.

Le marché devients alors un reflet, du pays, au travers de ses portraits.

Ces artistes ont participé à la révolution du marché.

De nuit ses allées deviennent un lieu de sortie avec des bars et des restaurants.

Indicateur de la vitalité de la jeunesse à Jérusalem.

Mais ses portraits restent un art de rue très maitrisé explique Berel Hahm.

graff jerusalem
graff jerusalem © Radio France

Sur les stores La plupart des figures appartiennent au patrimoine nationnal ou religieux.

Elles accompagnent le caractère traditionnaliste de Jérusalem, plus qu’elles ne le bouscule.

graff jerusalem 2
graff jerusalem 2 © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.