« Pour nous c’est une bénédiction d’avoir un martyr en Afrique du Sud, un homme noir qui devient martyr. Nous avions vu des béatifications dans d’autres pays… mais vivre ça, chez nous… c’est vraiment une expérience fantastique. »

Ce week-end, l’Eglise a béatifié pour la première fois un sud-africain : Benedict Daswa, un enseignant très pieux, mort en martyr en 1990 pour avoir dénoncé les superstitions de sa communauté… notamment le recours à la sorcellerie et aux devins… La cérémonie de béatification s’est tenue ce week-end au nord de l’Afrique du Sud, près de la ville de Thohoyandou, … ces célébrations dirigées par le cardinal Angelo Amato venu spécialement de Rome, ont réuni près de 30 000 fidèles … Liza Fabbian s’est rendue sur place

Dans le village reculé de Nweli, chèvres et volailles divaguent librement autour de la modeste Eglise de pierres brunes. C’est ici que repose désormais la dépouille du martyr Benedict Daswa …

Au nom de sa foi catholique, celui-ci n’a jamais cessé de dénoncer les croyances populaires … Jusqu’à y laisser sa vie.

S’Milo Mngadi, porte-parole de la conférence des évêques d’Afrique Australe :

« Pendant la saison des pluies à la fin de l’année 1989, la foudre est tombée sur plusieurs maisons du village qui ont brûlé… le chef local a alors proposé d’aller voir un Sangoma, un guérisseur traditionnel, pour savoir qui avait provoqué ces incendies et punir cette personne… mais Benedict s’y est opposé… il a essayé d’expliquer que c’était un phénomène naturel, mais personne ne l’a écouté. »

Quelques semaines plus tard, le 2 février 1990, Benedict Daswa tombe dans une embuscade. Poursuivi par une foule de villageois en colère, il est lapidé, puis battu à mort.

Aujourd’hui encore, son ami Chris Mphapuli a le regard qui se voile lorsqu’il évoque ce drame…

« Les villageois n’ont pas osé venir à ses funérailles de peur d’être tués… mais chaque année le 2 février, nous nous sommes réunis pour commémorer sa mort. »

L’histoire de Benedict Daswa attire finalement l’attention de l’Eglise qui en a fait le premier martyr d’Afrique Australe.

Pour sa fille Hélène, c’est un message important envoyé à la communauté.

« Il voulait que la communauté soit développé. Il a amené le téléphone dans les villages… Il a aussi fondé une équipe de foot pour sortir les jeunes de l’alcool et de la délinquance. Son cœur était tourné vers le futur. »

Dimanche, une foule immense s’est réunie pour assister à la cérémonie de béatification historique…. Célébrée par le cardinal Angelo Amato venu spécialement de Rome.

« Tout le monde chante et danse, tout le monde est heureux… Avoir un bienheureux en Afrique du Sud et en Afrique, c’est une bénédiction ! »

« Parfois les gens disent qu’ils sont chrétiens, mais en privé ils pratiquent la sorcellerie… Peut être qu’ils vont reconsidérer leurs croyances maintenant. »

L’Eglise souhaite désormais faire de cet endroit un lieu de pèlerinage pour Benedict Daswa…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.