Ponton sur le lac Titicaca, Pérou
Ponton sur le lac Titicaca, Pérou © corbis

Reportage de Frédéric Faux, correspondant en Amérique latine

Quand j'avais cinq ans, cette rivière était propre mais après elle a été contaminée par les ordures. Et évidemment, tout finit dans le lac Titicaca.__

Le lac Titicaca, en Bolivie, est en danger. Des algues vertes sont apparues il y a quelques mois dans ses eaux, décimant poissons et grenouilles. Frédéric Faux est allé au bord du Titicaca, à 4000 mètres d'altitude, pour comprendre les origines de cette pollution et assister aux opérations de nettoyage de ses affluents qui ont lieu, tous les samedis, avec des centaines de volontaires.

  • On va faire six groupe de cinq personnes, on part avec des râteaux, on fait des sacs avec les ordures, on met tout sur le pont..

(Autour de moi, une véritable armée de nettoyeurs, les rives sont couvertes d'ordures : plastiques, bouteilles, pneus.)

  • On trouve de tout ici, des restes de nourriture, des déjections, et aussi des cadavres de chiens et de chats !

    __

Face à la pollution du lac Titicaca, les autorités boliviennes se sont retroussé les manches. Mais dans une région sans station d'épuration, cette bonne volonté ne sera pas suffisante... Ces rivières transformées en véritables égouts ont déjà bouleversé la vie des habitants de Pachiri, au bord du lac.

Là, juste derrière, à 100 mètres de là, on peut voit l'eau verte, comme du pétrole, c'est ce qui a tué tous les poissons... "Aujourd'hui l'eau est si polluée qu'on ne peut plus arroser avec... On est foutus!__

Les scientifiques de l'Institut de Recherche et de Développement français, l'IRD, tentent de comprendre le fonctionnement de ce lac très particulier, situé à une latitude tropicale, mais soumis aux conditions extrêmes de la haute altitude. Pour le biologiste Xavier Lazarro, l'augmentation de la population est la principale cause de cette pollution.

Xavier Lazarro, biologiste :

Comme les pluies se sont prolongées, elles ont ruisselé sur le littoral du lac, et comme le littoral est densément peuplé maintenant, l'eau a emmené les nutriments mais aussi contaminants et eaux usées qui se sont déversées dans le lac sans aucun traitement. Cet apport excessif a favorisé la croissance des algues qui se sont développées. Ce qu’on n’avait jamais vu jusqu'à présent, c'est que le phénomène occupe le tiers du petit lac, pendant plus d'un mois.

Dans l'avenir, il faudra construire des stations d'épuration, et avoir une politique concertée avec le Pérou, qui possède l'autre moitié du lac. Ce sera le prix à payer pour sauver le lac Titicaca.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.