Direction Berlin, où une exposition retrace l’histoire mouvementée de la capitale allemande à travers une centaine de sculptures mises au rebut. Un voyage dans le temps depuis les premiers rois de Prusse jusqu’à la réunification. Reportage de Cyril Sauvageot.

Sculpture de Lénine exposée à Berlin
Sculpture de Lénine exposée à Berlin © Radio France / Cyril Sauvageot

Une tête monumentale de 2 m de haut : c’est tout ce qu’il reste de la statue de Lénine, qui trônait fièrement à Berlin-Est jusqu’en 1989. Détruite après la chute du mur, la sculpture en granit a fini enterrée en plusieurs morceaux dans une forêt près de Berlin. Il aura fallu l’acharnement d’une poignée de passionnés pour récupérer cette tête 20 ans plus tard. C’est la pièce maitresse de l’exposition qui vient d’ouvrir à la Citadelle de Spandau. Karl, un berlinois de l’Est de 64 ans, est venu revoir de ses propres yeux cette sculpture qui a marqué sa vie.

Moi je pense que cette statue de Lénine devrait encore être debout ! C’est un monument historique. Je suis passé récemment là où elle se trouvait à l’époque, mais il ne reste plus que des morceaux de cailloux. Pourtant c’est une œuvre d’art. Cette exposition, c’est un moyen de rendre hommage dignement à des œuvres comme celle-là, plutôt que de les laisser disparaître.

__

Avant même la chute du Mur, les monuments de Berlin ont bien souvent souffert, que ce soit pendant le nazisme ou sous les bombes pendant la 2è guerre mondiale. L’exposition reconstitue notamment ‘l’Allée de la Victoire’ un ensemble de statues commandées au 19è siècle par l’empereur Guillaume 1er. Installées à l’époque dans le Tiergarten, le grand parc au cœur de Berlin, ces statues furent déboulonnées par les Alliés en 45 et enterrées à la va-vite dans les environs. On les redécouvre aujourd’hui portant les stigmates du temps. Andrea Theissen est la commissaire de l’exposition.

On peut voir encore les impacts de balles, les visages défigurés des statues. Mais c’était très important de garder ces sculptures en état, car cela permet de comprendre combien l’Histoire de l’Allemagne a été difficile

__

On ne verra rien en revanche de la période nazie, ou presque rien, Adolf Hitler ayant privilégié l’architecture à la sculpture. Seuls subsistent quelques statues d’Arno Brecker, le sculpteur préféré du Führer.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.