Vous les voyez, elles sont là, derrière les arbres, les grands, juste là. Oui ! Là ça va, mais on va voir ce qu’il va se passer quand les feuilles vont tomber des arbres. Ce n’est pas ceux qui vivent en ville qui se retrouvent à subir les conséquences de tout ça. Pas du tout. C’est facile de dire qu’on soutient l’écologie quand on n’a pas à en assumer les conséquences. Et le fait est que les effets sont pour nous qui habitons à la campagne. Voilà ce qu’il se passe.

__

Nous sommes au Danemark et vous venez d’entendre la présidente d’une association anti-éolienne. Le Danemark voit la vie en vert et le bon élève inspire le reste de l’Europe. Il faut dire que le gouvernement danois veut dire Adieu aux énergies fossiles et tout miser sur les énergies renouvelables. Avec le vent en première ligne. Et mettre en place cette politique ambitieuse, c’est aussi en payer le prix. Un reportage de notre correspondante, Sung-Shim Courier.

éolienne
éolienne © David Mark

Jytte Pein Møller est la présidente d’une association anti éoliennes de son village. Derrière le jardin de cette retraitée, se dressent trois éoliennes de 150 mètres chacune qui répondent entièrement aux normes légales. Mais Jytte en est persuadée, elles nuisent à sa santé. La dame a tout fait pour empêcher le projet d’aboutir. En vain.

Je n’ai rien à redire sur leur aspect. Ce qui me dérange, c’est leur situation, elles sont trop proches des habitations. Tout le monde est d’accord qu’on mette des éoliennes partout mais personne ne veut habiter à côté d’elles.

Certaines entreprises aussi souffrent de la verte attitude. Comme cette horticulture située sur l’île de Odense, à 150 kilomètres de la capitale. Pour rester compétitif par rapport à ses concurrents européens Jørgen Andersen est obligé d’investir plus de 800 000€.

En ce moment, comme vous pouvez le voir nous sommes en train de changer nos vieilles lampes contre des nouvelles qui ne consomment pas autant d’énergie. Comme ça on peut économiser du courant. C’est un énorme investissement mais notre facture est si lourde qu’on est obligés de le faire. C’est nécessaire pour notre survie.

Peu à peu, cet horticulteur a vu les taxes gonfler de 30% sa facture d’électricité.

L’idée est bonne, là n’est pas la question. C’est le rythme de cette transition qui est mauvais. Ca va tout simplement trop vite. On ne peut pas suivre à ce rythme là. C’est impossible. Nous, les Danois, nous ne pouvons pas rester compétitifs par rapport au marché européen à cause de nos prix qui sont très élevés. Les entreprises danoises qui consomment beaucoup d’énergie sont sévèrement touchées par tout ça.

Le ministre de l’énergie, Lars Christian Lilleholt, lui aussi, veut ralentir la cadence. Il sait que même si les Danois soutiennent en majorité la politique verte mise en place depuis plus de quarante ans, ils en payent aussi le prix fort. Avec la facture d’électricité la plus chère d’Europe. C’est pourquoi__ à partir d’avril, un outil sur internet permettra aux consommateurs de comparer les prix entre les différents fournisseurs d’électricité.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.