Un questions-réponses réalisé avec Clarence Rodriguez, en direct de Riyad, en Arabie Saoudite

Lingerie féminine
Lingerie féminine © thinkretail

En Arabie Saoudite, lorsque les femmes achètent de la lingerie ou des produits cosmétiques, elles font face à des vendeurs hommes. Ces femmes sont en colère car depuis le 6 juin dernier, en dépit du décret réservant aux Saoudiennes les emplois dans ces magasins de lingerie féminine ou de parfumerie, rien n’a vraiment changé sur le terrain.

Ce décret royal fut accueilli par les Saoudiennes, début juin, comme un véritable espoir.

Avant sa promulgation, une loi avait déjà été proposée par l’actuel ministre du Travail, Ghazi al Gosaibi, une loi qui avait été votée en 2006. Elle stipule que les vendeurs doivent être remplacés par des femmes dans l’année. Ce qui correspond concrètement à 6.000 emplois pour les Saoudiennes. Une véritable opportunité, sachant que 46% de femmes de moins de 30 ans se trouvent actuellement au chômage. Mais devant la pression du clergé saoudien et des partis conservateurs hostiles à la mixité, la plupart des magasins ont préféré ignorer l’appel.

Cinq ans plus tard, le Roi Abdallah promulgue ce décret. Branle-bas de combat. Les Chambres de Commerce du royaume sont en ébullition et dans une circulaire libellée « urgente et importante », elles exhortent tous les commerçants d’articles pour femmes (lingerie, cosmétique, vêtements) à prendre des mesures afin d’aménager leurs boutiques, en vue du recrutement d’employées saoudiennes. Il est également demandé aux responsables de ces magasins de définir les emplois requis et fixer les heures de travail. A compter de la date de promulgation du décret, le 6 juin dernier, ils avaient un mois pour mettre en œuvre ces instructions.

- Concrètement, les vendeurs ont-ils été finalement été remplacés par des vendeuses ?__

Force est de constater qu’en quatre mois, rien, absolument rien, n’a changé sur le terrain. Vous trouvez toujours des vendeurs, pour la plupart des Philippins ou des Libanais, qui tentent benoîtement de vous vendre des sous-vêtements, des crèmes hydratantes... La plupart d’entre eux ne connaissent absolument pas les produits.

Plus aberrant encore, dans un pays où la mixité est interdite, des hommes qui sans scrupule, tentent vainement de vous poser des questions intimes sur votre taille et vos couleurs préférées. Les femmes ici, ne supportent plus ces comportements.

- Finalement le décret promulgué par le Roi Abdallah a-t-il des chances d’être enfin appliqué ?

Face aux récalcitrants, aux conservateurs, aux religieux, le gouvernement saoudien tente par tous les moyens de faire appliquer ce décret royal. Vous l’avez compris, ce n’est pas sans difficultés ! Il envisage même de sanctionner de façon drastique tous ceux qui s’opposent au recrutement des femmes dans les boutiques de lingerie. On a appris hier que cette décision entrera en vigueur à partir du 1er janvier prochain. Gare à tous ceux qui contreviendront à cette décision !

Après ce décret royal autorisant les femmes à vendre dans les magasins de lingerie, après le droit de vote accordé par le Roi Abdallah le 25 septembre dernier, les Saoudiennes continuent, leur marche silencieuse. Prochaine étape : le droit de conduire !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.