Un reportage deMarielle Vitureau, à Vilnius, en Lituanie

Lilija :

Les Lituaniens s’efforcent toujours d’exporter ce qu’ils produisent de mieux. Je leur fais confiance. Ce n’est pas toujours le cas de produits étrangers. Ils sont parfois ici de moins bonne qualité.

Yaourt
Yaourt © Plon

Lilija vient de mettre dans son panier de courses des produits laitiers lituaniens, qui sont normalement aussi destinés au marché russe. Sauf que depuis la semaine dernière, la Russie en a interdit l’import, les accusant de ne pas être conformes aux normes sanitaires russes. Voilà pourquoi les Lituaniens peuvent à présent acheter ces produits laitiers, et savent qu'il faut voir derrière tout cela une décision politique de Moscou.

Le fromage, le fromage blanc, les yaourts… Les produits laitiers lituaniens, plus d’une fois médaillés lors de foires agricoles russes, sont désormais dans le collimateur de Moscou. Leur interdiction fait vaciller le secteur laitier. Près de 20% des exportations vers ce pays sont des produits laitiers. Mais pour le directeur des services sanitaires lituaniens, Jonas Milius , les reproches des Russes sont infondés :

Il ne peut y avoir de phtalates dans nos produits. Nous n’utilisons pas ce genre de plastiques. Les bifidus sont des bactéries dont la présence dans les yaourts est sujette à variation. Quant au goût et à l’odeur, ce sont des appréciations très subjectives. Nous exportons beaucoup et aucun pays ne nous a fait de reproches sur la qualité de nos produits.

Des négociations se déroulent actuellement entre Russes et Lituaniens pour trouver une issue à ce conflit. La Lituanie semble visée par la Russie. Durant tout le mois de septembre, les transporteurs lituaniens ont fait l’objet de contrôles très tatillons.

Pour le premier ministre lituanien Algirdas Butkevicius, pas question d’en douter, les motivations sont politiques :

Pour moi, ces décisions n’ont aucune logique économique pour justifier de telles mesures. L’information insinuant que nous produisons nos produits à partir de poudre de lait est totalement fausse.

Pour montrer son désaccord avec la politique menée par ses voisins, la Russie s’est toujours servie du levier économique.

En 2006, c’était le vin géorgien qui était interdit de territoire russe, tout récemment les chocolats ukrainiens et aujourd’hui les produits laitiers lituaniens. Vilnius préside jusqu’en décembre l’Union européenne et espère que l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union sera signé fin novembre à Vilnius. Un accord qui rend Moscou furieux. L’Ukraine sortirait ainsi de sa zone d’influence. En s’attaquant à la Lituanie, la Russie s’attaque aussi à l’Union européenne, sans s’en prendre non plus directement aux grands pays de l’Union.

Le politologue Nerijus Maliukevicius interrogé à la télévision lituanienne. :

Pour moi le but principal est de déstabiliser notre politique intérieure, d'en troubler l’atmosphère. Alors que pour le moment, tout le monde doit être mobilisé pour décider de questions de politique étrangère très importantes.

Le sommet du partenariat oriental se tiendra dans un peu plus d’un mois. Les invitations ont été envoyées hier. La Lituanie reste plus que jamais sur ses gardes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.