Un reportage de Sébastien Farcis, à Bombay, en Inde

Yamina Mistry: « Nous entendons les léopards marcher tous les soirs sur la terrasse. Ils viennent de plus en plus tôt. Dans le passé, ils ont déjà tué deux de mes chèvres. »

Léopard (zoo de Doué)
Léopard (zoo de Doué) © Yom.I

Cette femme d’une soixantaine d’années à la voix apeurée s’appelle Yamina Mistry. Elle vit illégalement, avec toute sa famille sur le terrain de la forêt nationale Sanjay Gandhi, à la sortie de Bombay.

Avec près de 20 millions d’habitants, la capitale économique indienne est l’une des villes les plus peuplées au monde et le manque d’espace est tel, que des milliers de personnes viennent vivre jusque dans la forêt qui borde la ville.

Mais cette forêt est peuplée d’une vingtaine de léopards et depuis 7 mois, 6 habitants, en majorité des enfants, ont été tués par des attaques de ces félins.

A première vue, Palas a l’air d’un bidonville ordinaire de Bombay, avec des enfants qui jouent et des femmes qui lavent le linge. Mais il suffit de monter vers les dernières maisons sur la colline pour se rendre compte de là où nous sommes.

Krishna Tiwari :__ «Voilà, ici commence la forêt vierge. Il n’y a plus aucune barrière. A150 mètresd’ici, une fille de 6 ans a été tuée par un léopard… Là bas, une autre fille de 2 ans ».

A quelques mètres en contrebas et en première ligne, se trouve la maison de la famille Mistry, installée illégalement sur ce terrain public. Le prix à payer pour y rester, cependant, se lit sur le visage angoissé de la grand-mère, Yamina.

Yamina Mistry_ :« Ces derniers temps, les léopards viennent plus tôt que d’habitude. Alors dès 20h, nous restons dans la maison et nous surveillons les enfants de près pour ne pas qu’ils sortent. Nous avons peur, mais qu’est ce que nous pouvons faire ? Nous sommes sur les terres des léopards, et ils ont faim. »_

__

Les attaques de léopards ont connu un pic inédit ces derniers mois. Cependant, la faute ne reviendrait pas à ces félins, mais à l’augmentation du nombre de squatters installés dans l’enceinte du parc et surtout à leur attitude imprudente.

Krishna Tiwari, fondateur du centre de protection de la nature, fait le tour de ces bidonvilles pour leur enseigner les règles de survie dans cet environnement sauvage.

Yamina Mistry_ :« D’abord ils ne doivent plus laisser de déchets autour de leur maison. Ils doivent aussi faire très attention quand ils se rendent aux toilettes dans la forêt, car c’est à ce moment qu’arrivent la plupart des attaques, surtout sur les enfants, car ils ont les yeux à hauteur de l’animal, qui les confond alors avec leurs proies. Il faut donc toujours les accompagner, utiliser une lampe de poche, voire même jouer de la musique sur son portable pour faire fuir le léopard. »_

__

Grâce à une autorisation de la justice, la direction du parc a commencé à déloger un quart des squatters. Mais le problème s’étend, car les léopards traversent maintenant eux même cette frontière pour aller se nourrir dans les rues de Bombay.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.