Un questions-réponses réalisé avec Philippe Reltien, correspondant de France Inter à Pékin, en Chine

Immeubles, Pékin, Chine
Immeubles, Pékin, Chine © txikita69

Dans le pays a lieu, en ce moment, un éclatement de la bulle immobilière de très mauvaise augure pour l’économie chinoise et mondiale. De grands évènements tels que les J.O de Pékin et l’exposition universelle de Shanghaï ont dopé le secteur du bâtiment mais aujourd'hui, on parle d'un pays très endetté.

__

Pour dresser le tableau du logement, voici trois exemples.

Les ouvriers migrants, qui sont 8 millions dans une capitale de 20 millions d’habitants, dorment pour 4 à 7 euros par mois à 10 ou à 15 par chambre, tout près des chantiers d’urbanisation.

Les jeunes diplômés qui arrivent dans la capitale posent leur valise près du cinquième périphérique, où il existe déjà un supermarché, une station de métro et des tours neuves en construction ou vides. Ils habitent un village de marchands de sommeil au pied des tours modernes, où l’on peut louer une chambre pour le prix d’une machine à laver d’occasion, soit environ 64 euros. Ce loyer a triplé en deux ans. Ils ne loueront jamais un 15 m² à 360 euros au centre de Pékin, où, en ce moment,120 000 appartements neufs sont vides.

Dans les tours en construction en banlieue, les appartements sont vendus cinq ans à l'avance au tarif de 1.764 euros le m². Le promoteur vous dit que si vous achetez maintenant, la moitié de la somme doit être déposée à la banque pour obtenir un crédit. Il n’est plus possible, pour une même personne, de devenir propriétaire de deux appartements. Les seuls capables d’acheter encore sont les investisseurs étrangers, mais la chute des prix s’accélère, au dépend de ceux qui ont payé le prix cher après avoir épargné toute leur vie.

- Et comment se traduit, concrètement, l’endettement de la Chine du côté des promoteurs immobiliers ?

Des agences immobilières ont été prises d’assaut à Shanghaï et la chute s’est propagée à Hong-Kong. Elle continue. On vend maintenant des appartements aux enchères dans des résidences de luxe. Plus vous habitez en hauteur, plus c’est cher. Quand les promoteurs sont endettés, cela engendre une paralysie des chantiers les moins rentables et des suppressions d’emplois.

- Avec des conséquences parfois dramatiques pour les ruraux

C’est la rançon de l’urbanisation galopante : la dette s’est propagée à tout le pays. La dette des autorités locales s'élève à 1.700 milliards de dollards. Et c'est un coût humain terrible à supporter. Car pour rembourser les banques, les autorités locales vendent des terres et exproprient. La terre, à la campagne, est propriété collective de l’Etat. Les paysans, souvent, s’opposent violemment aux petits chefs qui concluent sur leur dos des contrats avec des promoteurs comme cela a été le cas dans cette localité de Wukan, près de Canton, où des milliers de villageois indignés ont chassé les autorités avant de se barricader. Cette question des cessions de terrains qui servent en réalité à rembourser des frais est devenue la principale cause de conflits sociaux en Chine causant parfois des morts. Parfois, des gens qui ne veulent pas quitter leur maison s’immolent par le feu. La plupart des gens finissent poussés vers des logements en ville avec une maigre indemnité. C’est cela, l’envers du décor.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.