Un reportage de Coralie Garandeau, à Los Angeles, en Californie

Eric Garcetti : « Je suis allé dans 7 églises afro-américaines au sud de Los Angeles et puis dans une épicerie juive à l'ouest, et là je suis à Downtown pour voir comment se présente le vote latino »

Los Angeles
Los Angeles © nevercoolinschool

D’après les sondages, Eric Garcetti pourrait bien devenir après le vote de demain, le nouveau maire de Los Angeles. De l'emploi à la circulation, des armes à feu à l'environnement, Los Angeles concentre tous les grands sujets qui préoccupent les Américains, même si ce scrutin ne semble pas passionner les électeurs.

Un ancien entrepôt converti en salle de gym abrite l’un des sites de la campagne d’Eric Garcetti. Des militants passent des coups de fil à la chaine pour inciter les habitants à voter, comme Derrick, qui porte un tee-shirt « Gays pour Garcetti ».

Pour cet architecte, c'est sur les enjeux de la qualité de vie et l'urbanisme qu'il élit le prochain maire.

Derrick : « Ce que je trouve important, c’est comment il gère les problèmes de développement et répond aux citoyens sur l'état des routes ou sur les graffitis. Le maire actuel a fait un grand pas pour l'extension du métro. L'autre candidate, Wendy Greuel, est plus orientée sur les affaires quotidiennes. Je crois qu’Eric, avec son expérience en matière de planification et de problèmes d'urbanisme, a une vision très équilibrée de tous les enjeux. »

Tous les deux démocrates, dotés de sérieuses carrières politiques, les candidats ont des programmes assez similaires. Wendy Greuel a le soutien du basketteur Michael Jordan et de Bill Clinton. Eric Garcetti, celui de Steven Spielberg et de l'actrice Salma Hayek. Chacun d'entre eux, s’il était élu, battrait un record : soit celui d'être la première femme maire de Los Angeles, soit d'être le premier maire juif et latino.

Des quartiers noirs au sud, latinos à l'est, des centres d'affaires à l'ouest aux zones industrielles, chacun essaie de faire vibrer la sensibilité ethnique de Los Angeles.

Eric Garcetti : « Plus de 200 langues, 144 pays d'origine... Le monde regarde vers Los Angeles. Tout le monde regarde nos films, la plupart de ce qui est importé arrive chez nous. Et pourtant, les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette élection. Peut-être parce que l'élection du maire est moins sexy que celle du président. »

Polyana se rend à son entrainement de rollier derby. La jeune femme n'est pas au courant de l'élection proche.

Polyana : « Est ce que ça a lieu en mai ? Ah d'accord, ce mardi ! Bon, alors j'irai ! »

Elle ne sait pas à qui donner son vote. Le sujet de l'éducation l'intéresse en priorité.

Polyana : « Je suis institutrice. Je veux de l'argent pour nos écoles, organiser le district de façon efficace, qu'il y ait moins de bureaucratie.»

L'élection pourrait être serrée, à cause de l'abstention. Seulement 15 % d'électeurs se sont déplacés au premier tour.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.