Un questions-réponses réalisé avec Eric Samson, en direct de Lima, au Pérou

Mont Machu Picchu pérou
Mont Machu Picchu pérou © Radio France / Oissaly

La rentrée des classes, compromise pour beaucoup d’enfant pauvres en raison de l’incendie d’un hangar du Ministère de l’Education péruvien où étaient stockés des manuels et du matériel scolaire.

Que s’est-il passé exactement ?

Au Pérou, les matériels scolaires destinés à être distribués gratuitement aux enfants des écoles publiques sont imprimés, achetés et stockés par l’Etat. La distribution a lieu au début de la rentrée des classes, début mars au Pérou. Il y a des entrepôts dans plusieurs régions du pays, mais le principal est à Lima et c’est lui qui a été récemment détruit. A priori, l’enquête est encore en cours mais les autorités pensent qu’un court-circuit est à l’origine du sinistre. Le feu a duré 11 heures, pratiquement toute une nuit et les pompiers n’ont rien pu faire.

Malheureusement, les livres ça brûle plutôt bien…

- A-t-on une idée de l’étendue des pertes ?

La ministre de l’Education, Patricia Salas, n’a pas essayé de cacher son émotion. Elle parle de 80 millions d’euros de pertes et reconnaît que la rentrée scolaire de milliers, voire dizaines de milliers d’enfants est compromise puisqu’ils n’auront pas le matériel que l’Etat allait leur donner.

500.000 livres scolaires ont été détruits. Ils allaient être distribués principalement à des enfants de 3 à 5 ans des écoles rurales les plus pauvres du pays. De très nombreux textes étaient des livres très spécifiques qu’on ne trouve pas si facilement puisqu’ils étaient écrits notamment en quéchua et Ashaninka, les deux principales langues indigènes du Pérou.

Donc ce sont bien les enfants les plus pauvres du Pays qui sont touchés.

__

- Plus de 60.000 ordinateurs ont également été détruits, et pas n’importe lesquels.

Ces machines ont été fournies par l’ONG américaine One Laptop per Child. Cette organisation a été créée en 2005 par Nicholas Negroponte, fondateur du laboratoire Média du MIT, l’Institut de technologie de Massachussets.

L’objectif de cette ONG depuis 5 ans est, comme son nom l’indique, de fournir un ordinateur par enfant. Ce sont des machines assez simples, blanches et vertes, pas très puissantes ni sophistiquées, mais résistantes, notamment aux conditions de l’Amazonie ou des Andes.

Ces ordinateurs fonctionnent avec le système Linux qui est gratuit à la différence du Windows de Microsoft.

Rodrigo Arboleda, le président de l’ONG, s’est déclaré d’autant plus triste que le Pérou est le pays en voie de développement qui a reçu le plus de ces machines. Sur 2,4 millions d’ordinateurs fabriqués, le Pérou en a eu 980.000. Les 60.000 détruits étaient les derniers en stock. Les 6.000 panneaux solaires qui allaient les faire fonctionner sont également partis en fumée.

- Que va faire le gouvernement péruvien ?

Pour les ordinateurs, il ne peut rien faire puisqu’il ne les fabrique pas. Les livres vont être réimprimés et distribués, mais avec beaucoup de retard par rapport à la rentrée scolaire.

Il y a 9 millions d’élèves dans les écoles publiques dont le niveau est l’un des plus bas en Amérique latine.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.