Le Naira est déjà dévalue, Si on le dévalue a nouveau officiellement, ou est ce qu’on va aller ? ..... Il faut le laisser se dévaluer naturellement, comme ça se produit en ce moment.

Nous sommes à Lagos, au Nigeria, et vous venez d’entendre el-Leman, un agent de change inquiet. Le naira c’est la monnaie nationale du Nigeria qui ne cesse de s’affaiblir avec la chute du prix du baril de pétrole. En effet, le Nigeria est le huitième producteur mondial d’or noir et son économie émergente en dépend à 75% . Cette situation commune à plusieurs pays comme la Russie, ou le Venezuela est particulièrement criant au Nigeria. Ce bureau de change, l’un des plus importants du pays, est un bon thermomètre pour sentir le ralentissement nigérian qui fragilise un développement encore timide. Julie Vandal, nous y fait entrer.

Lagos
Lagos © Radio France

Il faut grimper quatre étages d’un immeuble décrépit et bruyant de Broad street sur Lagos Island, pour trouver le bureau de change de El-Leman.

Il est 9h du matin et les affaires commencent.

Un client vient de m'appeler pour savoir combien j'achète le dollars, je lui ai dit que je ne pouvais pas lui donner de prix dans l'immédiat. Les taux sont très fragiles en ce moment, je dois vois avec les collègues. Attendez, je vais répondre. C’est un client qui m’appelle de Port Harcourt....

Depuis un peu plus d’un an, les changeurs du marché noir comme d’El-Leman sont au coeur des transactions.

Le naira a commencé à chuter quand le prix du baril a chuté. Et lorsque que le naira est déprécié, tous ceux qui en ont dans leur compte bancaires prennent peur. Ils ont peur que la valeur de la monnaie se casse encore la figure. Parce que le naira n'arrête pas de chuter ! Dans ce contexte c’est mieux d’avoir des dollars que des nairas. Du coup, ils sortent leur argent et sont prêts à acheter des dollars à n’importe quel taux.

En ce moment, un dollar s’échange a environ 350 nairas, soit prés de deux fois sa valeur officielle. Dans un marché extrêmement volatile. Ce qui signifie, une activité chaotique pour El-Leman et une économie nigériane au ralenti.

La plupart des importateurs pleurent quand ils achètent des dollars, vont en Chine ou dans d’autres pays pour acheter des biens, le retour sur investissement est très faible. Au bout du compte en ce moment, tout est un peu difficile.

Sur l’année 2015, le Naira a perdu près de 25% de sa valeur. Les institutions financières ont appelé à une dévaluation officielle de la monnaie nationale mais le président nigérian Muhammadu Buhari s’y est jusque là, toujours refusé pour ne pas affaiblir un peu plus le Naira.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.