Un questions-réponses réalisé avec Frédéric Ojardias, à Séoul, en Corée du Sud

Robot
Robot © Radio France / Mark Strozier

Nous partons à présent pour la Corée du Sud, où une expérience unique en son genre sera bientôt lancée : des robots devraient jouer le rôle de surveillants de prison. Qu'est-ce que ces robots seront capables de faire ?

__

A partir du mois de mars, trois prototypes de robots seront déployés dans une prison sud-coréenne. Ils effectueront des rondes dans les couloirs, la nuit, à la place des surveillants. Ils serviront surtout d’assistants aux gardiens de prisons. Munis de capteurs et de caméras, ces robots seront capables de détecter tout comportement anormal, comme des violences entre deux détenus, ou des tentatives de suicide. Lorsqu’un problème sera détecté, le robot préviendra par radio les gardiens. Ce seront eux qui interviendront. Il est aussi équipé de micros qui permettront au surveiller[surveillant] de parler à distance aux détenus.

Le projet est financé par le gouvernement. Si l’expérience est concluante, ces robots-surveillants pourraient être déployés dans l’ensemble des prisons sud-coréennes.

- Et à quoi ressemblent ces robots ? A Robocop ?

Non, justement ! Le responsable du projet, le professeur Lee Baik-Chul, a promis que « ce ne sera pas un Terminator ». Il a assuré que le robot sera d’apparence « humaine et amicale ».

Les photos publiées dans la presse coréenne montrent un robot blanc, monté sur quatre roues et doté de deux grands yeux ovales, qui lui donnent un peu l’apparence d’un personnage de manga.

Ce même professeur a estimé que l’introduction de ces robots permettrait de donner aux gardiens plus de temps pour se consacrer à des activités de réinsertion et de services d’aide auprès des détenus. Il a aussi déclaré que cela améliorera la sécurité dans les prisons.

__

- L’introduction de robots dans les prisons a-t-elle fait l’objet d’un débat dans la société sud-coréenne ?

De façon étonnante, pas vraiment. La Corée du Sud a l’ambition de devenir un pays leader dans le secteur robotique, et les médias qui ont mentionné cette expérience ont parlé de la réussite technique qu’elle représentait… sans vraiment s’inquiéter des problèmes éthiques ou des abus qui pourraient surgir.

Et les Sud-Coréens sont en fait plutôt réceptifs aux nouvelles technologies, ce genre d’expérience ne crée pas de résistances. On trouve déjà des robots professeurs d’anglais dans une trentaine d’écoles primaires sud-coréennes. L’armée sud-coréenne a de son côté déployé des robots armés, munis de canons, qui patrouillent le long de la frontière avec la Corée du Nord. Ces robots sont capables de détecter une intrusion et de faire feu. Et leur utilisation non plus n’a pas fait l’objet de débat.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.