Un reportage de Thibaut Cavaillès, en Tunisie

Thibaut Cavaillès : « Jusqu’à quand vous allez resté caché ? »

Des rappeurs : « __ Je ne sais pas jusqu’à quand. Normal la famille, jusqu’à l’infini, tu vois. Ca ne me dérange pas, ça ne me dérange pas. »

Tunisie
Tunisie © / Amine Ghrabi

Ces cinq rappeurs sont cachés parce que recherchés par la police tunisienne ces 5 rappeurs ont été condamnés par contumace après la diffusion d'un clip sur Internet.

Un clip dans lequel les forces de l'ordre en prennent pour leur grade.

Le rappeur à l'origine de la chanson s'appelle Weld 15. Il encourt deux ans de prison ferme, et il est en fuite.

C'est l'histoire d'un rappeur tunisien recherché par la police et qui n'a pourtant pas peur de venir nous accueillir sans plus de précaution, à l'entrée d'une ville dont nous tairons le nom.

Thibaut Cavaillès: « Tu te ballades, là, tu n’as pas peur ? »

Weld : « Non, normal, les flics tunisiens ne sont pas le FBI ou la CIA »

Weld 15, c'est son nom d'artiste, a 25 ans. Dans sa dernière chanson, -le clip tourne sur internet-, il traite les policiers de chiens et dit que pour l'Aïd, préférerait égorger un flic plutôt qu'un mouton ! Pas tendre et la justice le lui rend bien : il y a un mois il a été condamné par contumace à 2 ans de prison ferme.

Weld 15 : « Il n'y a pas de liberté d'expression en Tunisie si on est condamné à de la prison pour une chanson ! »

Thibaut Cavaillès : « Mais dans ta chanson, tu appelles quand même à tuer des policiers ! »

Weld 15 : « C'est de la métaphore tu vois. Je ne dois pas rendre de comptes sur mes sentiments. Je n'ai pas dit: sortez tuer les policiers ! Moi, je ressens ! C'est personnel, et puis j'ai trouvé une métaphore. »

Avec cette chanson, Weld 15 a entraîné 4 copains rappeurs dans sa galère. Remerciés à la fin du clip, ils ont également pris 2 ans de prison. Eux aussi sont en cavale.

Le jour de notre rencontre ils étaient tous ensemble, pour faire un peu de Rap et s'échapper un instant de l'isolement forcé par leur fuite. Madou MC est l'un d'eux.

Madou MC : « C’est incroyable. On a pris deux ans parce qu’un rappeur a fait un remerciement. Tous les clips du monde entier font ça ! Tous les rappeurs ! »

Même recherchés par la police, ils mettent en ligne de nouveaux morceaux. Sur ce qui leur arrive et sur cette révolution qui n'a pas abouti, disent-ils.

Comme beaucoup, ils sont inquiets. Depuis, notamment, l'arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda. Le journaliste Thameur Maki est porte parole du comité de soutien à Weld 15 et ses amis.

Thameur Maki : « Depuis l’investiture du gouvernement dominé par l’investiture des islamistes d’Ennahda, nous sommes très inquiets, parce qu’au-delà de toutes les considérations idéologistes islamistes, Ennahda est avant tout un parti de droite, conservateur et assez hostile aux libertés individuelles, mais aussi aux libertés publiques telles que la liberté d’expression, de manifestation, d’organisation, etc. »

__

Les amis de Weld 15 sont prêts à se livrer à la justice, pour un nouveau procès. Lui attendra de voir si les juges ont été plus cléments avec eux ou non.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.