Un reportage de Grégoire Pourtier, à Addis-Abeba, en Ethiopie

Belachew Girma : « Quand j’entre dans la chambre, elle m’envoie d’abord un sourire, puis dit : « Espèce de fou ! Tu viens encore aujourd’hui pour faire des blagues ! »... Elle se met à rire, et elle oublie sa douleur. »

Belachew Girma est Ethiopien et il croit fermement aux vertus thérapeutiques et sociales du rire. Avec un record porté à 3 heures et 6 minutes, il est lui-même le Maître mondial du rire depuis 2002. Il donne aujourd’hui de conférences à travers le monde et il y a un an et demi, il a ouvert une école spécialisée à Addis-Abeba.

Jour de remise de certificat à l’Ecole du Rire. Une trentaine d’élèves vêtue tels des diplômés d’université américaine a suivi la session dispensée par Belachew Girma.

Le Maître leur a appris à rire « sur commande », mais les a aussi convaincus de l’intérêt médical de la pratique.

Belachew Girma :« Beaucoup de docteurs croient fermement que le rire est le meilleur traitement sans effets secondaires. Ses bénéfices sont fortement connectés avec la santé. Aux Etats-Unis, le docteur Patch Adams a été le premier révolutionnaire qui a commencé à pratiquer une chirurgie assistée par le rire. Et il a démontré que quand nous rions, le corps humain produit de l’endorphine, qui réduit la douleur naturellement. »

Se présentant comme thérapeute par le rire, Belachew est intarissable d’anecdote d’enfants à qui il a redonné le sourire, voire à qui il aurait permis de remarcher, ou encore de cancéreux qu’il aurait soignés. Lui-même était au fond du trou il y a une dizaine d’années : sa femme venait de décéder et son entreprise avait été ruinée.

Des lectures, des rencontres… Le rire l’a sauvé, et il a donc développé toute une pédagogie. Sa démarche est bien accueillie par les autorités, qui reconnaissent en partie son expertise. Car les infrastructures et l’accompagnement des malades manquent en Ethiopie.

Belachew Girma :« Il n’y a qu’un seul hôpital spécialisé. 85 millions de personnes, et seulement un centre psychiatrique. Les victimes de problèmes mentaux sont désormais au moins 10 millions dans le pays. C’est un grand problème social. Pour contribuer à une amélioration de la communauté, nous avons besoin de travailler avec ce don naturel du rire et notre expérience. Il faut des professionnels spécialisés, qui peuvent aider dans les hôpitaux. »

__

L’école du rire comporte ainsi deux sections : l’une pour les particuliers souhaitant mettre un peu plus de joie dans leur vie, l’autre pour des travailleurs du domaine médical ou de l’accueil public, qui veulent ajouter une corde à leur arc.

Filmone arrive désormais à rire vingt minutes sans discontinuer, mais il est surtout convaincu que cela pourra l’aider dans son futur métier de psychiatre.

Filmone : « Cela augmente notre capacité de communication et comme en psychiatrie nous passons beaucoup de temps avec les patients, cela peut être très utile, particulièrement avec les victime de dépression ou d’anxiété. »

__

L’énergie de Belachew Girma est en tout cas communicative, même si n’est pas Maître mondial du Rire qui veut.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.