En Afrique, nous avons une immense histoire de fabrication de vêtements… pourtant, il semble qu’on a toujours manqué de stylistes. Ce genre de plateforme nous donne la chance de créer ce qu’on a dans la tête.

Nous sommes à Soweto à Johannesburg et vous venez d’entendre Ntando Shongwe, un jeune styliste sud-africain qui participé hier à la Fashion Week du township le plus célèbre d’Afrique du Sud. Ce quartier défavorisé, et symbole de la lutte contre l’apartheid est en pleine mutation. Il est aujourd’hui devenu le creuset de nouvelles tendances et les artistes du pays y rivalisent d’originalité pour s’y faire une place.

A Johannesburg, notre correspondante Liza Fabbian a assisté aux dernières répétitions et nous livre un reportage qui esquisse le visage de la prochaine Afrique du Sud.

Mannequins et créateurs se bousculent sur une petite scène, pour recevoir les derniers conseils avant le défilé.

Jeunes et pleins d’ambitions, tous espèrent percer dans le monde de la mode. Un milieu pourtant pas toujours très ouvert, rappelle Stephen Manzini, le fondateur de la Soweto Fashion Week.

On voyait toujours les mêmes créateurs, aux mêmes événements mais pour les créateurs noirs, ceux issus des township, il n’y avait aucun espace. Avant notre arrivée, il n’y avait aucune opportunité pour eux. Même chez les distributeurs, personne ne faisait confiance aux créateurs noirs.

A travers leurs collections, les stylistes émergents parlent de leur pays, de leur identité et de leur culture.

Avec sa marque NDK Studio , Ntando Shongwe revisite par exemple les tissus traditionnels sud-africains.

Je fais des vêtements unisexe, pour les hommes et les femmes. J’utilise beaucoup de tissus et de modèles traditionnels, mais je les mets à la mode. Vous savez, nous perdons notre culture, même nos enfants ne savent pas d’où ils viennent. Les vêtements sont très importants dans la vie. Ils disent ce que vous ressentez, ils portent votre message.

Brouiller les genres et afficher ses revendications, c’est aussi l’ambition de Niki Madie créateur de la marque Ellen Maddie.

Les gens passent beaucoup de temps à choisir leurs vêtements et la même personne qui a été abusée hier va acheter une de mes pièces aujourd’hui. Alors comment dois je représenter cette personne ? »

Les jeunes talents de la mode issus pour la plupart de la nouvelle classe moyenne noire, ont bien des rêves et la ferme intention de les réaliser en profitant de l’éclairage de la Soweto Fashion Week…

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.