Un reportage de Coralie Garandeau, à Los Angeles, aux Etats-Unis

Salvador :

Malheureusement je suis le porteur de mauvaises nouvelles. Si j’allais en Chine et qu’on me disait « la grande muraille est fermée ! », je répondrais : « fermée, vraiment ? ». On se doit de prévenir les gens, sinon ce n’est pas juste pour eux.

Le panneau Hollywood sur le versant sud du mont Lee
Le panneau Hollywood sur le versant sud du mont Lee © / Wiki commons

Salvador Ramirez est un employé de la ville de Los Angeles posté devant une barrière qui empêche l’accès aux chemins des collines d’Hollywood.

Par lesquels les touristes pouvaient accéder aux fameuses lettres géantes. Car ce symbole du cinéma est victime de son succès: les résidents des collines alentours ont du mal à supporter la circulation trop intense et la ville de Los Angeles a donc décidé de limiter l’accès à ce point de vue unique sur la ville.

C’est la photo qu’il faut faire quand on est de passage à Los Angeles, un beau point de vue sur la ville. Pour atteindre les lettres blanches géantes, on grimpe la petite route de Beachwood canyon, à travers les grosses villas et la végétation parfaitement entretenue. Mais tout en haut, passage barré, on se heurte à une barrière, et à Salvador . Il est employé de la ville et doit détourner les touristes :

Malheureusement la route est fermée à partir de là. Si vous voulez voir les lettres je vous recommande l’observatoire. Cela fait juste un peu de marche : deux heures aller-retour.

C’est depuis longtemps impossible d’aller au pied des lettres, Mais certains chemins permettent de s’en approcher. Grâce au GPS, les visiteurs sont de plus en plus nombreux à venir prendre la fameuse photo, et ruinent le calme de ces quartiers chics.

Chien en laisse et chapeau de soleil, Wallace habite au pied des lettres :

C’est très difficile pour les gens qui vivent ici d’avoir des voitures qui font la course de haut en bas de la rue, ça peut être très dangereux. On vit ici parce que c’est la campagne à la ville, mais avec des centaines de voitures et beaucoup de pollution… ça n’est pas cool.

A force de pétitions les résidents des Hollywood hills obtiennent leur tranquillité.

Les collines sont victimes du succès de ces 9 lettres géantes, bâties en 1923 comme enseigne publicitaire. Abandonnées dans les années 40, elles sont restaurées en 1979 et sont, depuis, devenues un vrai symbole.

Hope Anderson est réalisatrice vit non loin du monument :

Cela parait ridicule mais c’est vrai, ils sentent de la magie émaner de ces lettres Plus près ils sont, plus c’est magique. Il y a tous ces éléments dans le signe : à la fois publicité voyante, histoire artistique de Los Angeles, et aussi on peut en faire ce qu’on veut. C’est une ardoise complètement blanche sur laquelle on peut inscrire ce que l’on veut et ça, je pense c’est très fort car on peut superposer ses rêves sur les lettres Hollywood.

La ville vient de mettre en service des bus depuis l’observatoire du Griffith Park pour endiguer le flot des voitures sur les petites routes des collines.

Refoulés d’un côté, les touristes se rabattent sur d’autres routes, comme ce Brésilien, à bord d’une belle Mustang :

Gustavo :

  • Comment avez-vous trouvé la route ?
  • Par l’application Waze, on veut prendre des photos, on adore.

Sans sortir de sa décapotable, il sort son smartphone et s’offre le selfie que tous les vacanciers veulent avoir à Hollywood : lui et les lettres immaculées sur fond de ciel azur.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.