Un questions-réponses réalisé par Frédéric Ojardias, en direct de Séoul, en Corée du Sud

Sports Toto (paris en ligne)
Sports Toto (paris en ligne) © Radio France / Sports Toto

En Corée du Sud, le monde sportif est agité depuis plusieurs semaines par une série sans précédent de scandales de matchs arrangés. Principaux accusés : les paris sportifs illégaux. Ces matchs arrangés sont-ils très répandus dans le pays ?

Oui, c’est même une épidémie qui touche tous les sports, des plus populaires au plus obscurs : mi-mars, 16 joueurs de volleyball et deux de baseball ont été reconnus coupables. L’année dernière, pas moins de 50 joueurs de foot ont été condamnés et suspendus à vie pour avoir accepté de perdre des matchs en échange d’enveloppes de billets.

Des cas de triches ont été révélés jusque dans les courses… de bateaux à moteur ! Et même dans les jeux vidéo -puisqu’en Corée du Sud, existe un championnat professionnel de jeux vidéo- ont été secoués dans le passé par des scandales de matchs truqués, ce qui n’est pas très glorieux pour l’image d’un pays qui vient de décrocher les Jeux Olympiques d’hiver de 2018.

- Derrière ces scandales, il y adonc les paris sportifs, notamment sur Internet

Tout à fait. En Corée, un seul opérateur de paris, joliment baptisé « Sports Toto », est légalement autorisé. Mais les sommes que l’on peut y miser sont strictement encadrées et de plus en plus de joueurs, frustrés par les limitations de « Sports Toto », se sont tournés vers des sites Internet clandestins.

Et l’on assiste à une explosion de ces sites : il y a en avait une trentaine en 2007 ; on estime aujourd’hui leur nombre à un millier. Ils sont basés à l’étranger, au Vietnam ou en Chine, et sont donc hors d’atteinte des autorités. Ils génèrent une activité évaluée à 2,3 milliards d’euros par an. Des sommes colossales, qui encouragent la triche et les matchs arrangés… dans lesquels la mafia locale joue d’ailleurs souvent un rôle.

- Ces scandales sont très gênants pour une Corée du Sud qui vient de décrocher les JO d’hiver. Le gouvernement tente-t-il de réagir ?

Oui. Il vient d’annoncer une nouvelle série de mesures punitives, qui incluent des condamnations à la prison et des suspensions à vie. Des récompenses financières conséquentes sont désormais offertes à ceux qui dénoncent leurs camarades tricheurs. Une nouvelle loi a aussi prévu de punir les utilisateurs de ces sites web.

Mais il n’est pas sûr du tout que cela puisse suffire : tricher est devenu tellement banal que certains parlent même de « culture de la corruption » dans le monde sportif coréen. Le mal est profond… et il faudra de nombreuses années avant de changer ces habitudes qui semblent bien ancrées.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.