Un reportage de Frédéric Ojardias, à Séoul, en Corée du Sud

Lee Junho : « Je prends des cours de chant ici, 4 fois par semaine. Pour les cours de danse, je vais dans une autre école »

Girls' band coréen - K Pop
Girls' band coréen - K Pop © Radio France

Ce jeune Sud-Coréen s’est inscrit dans une école privée pour réaliser son rêve : devenir... une star de la K-Pop, cette musique populaire sud-coréenne qui connait un engouement grandissant dans le monde entier, comme l’a montré le récent succès de la chanson « Gangnam Style ».

A Séoul fleurissent depuis quelques années d’innombrables écoles privées de chant et de danse, qui préparent des apprenti-stars toujours plus nombreuses.

Notre correspondant à Séoul s'est rendu sur place.

Bienvenu à Dream Vocal. Cette école privée à Séoul, dans le quartier huppé de Gangnam, prépare ses 400 élèves aux auditions organisées chaque semaine par les grandes maisons de disque K-Pop. Des dizaines de milliers de jeunes Coréens se portent candidats, ce qui ne décourage pas Lee Jun-ho, 21 ans. Il a interrompu ses études en génie des matériaux pour tenter sa chance dans la K-Pop.

Lee Jun-ho : « Je pense que je peux réussir. C’est vrai qu’il y a beaucoup de candidats qui chantent bien, et beaucoup qui dansent bien. Mais des gens qui font bien les deux, il n’y en a pas tant que ca ! Alors si je travaille dur, je peux y arriver. Je vais essayer jusqu’à l’année prochaine et si ca ne marche pas, j’irai faire mon service militaire. Et après mon service, je vais réfléchir : continuer d’essayer, ou retourner à l’université. »

__

Attirés par la popularité croissante de la pop sud-coréenne à travers toute l’Asie, les apprentis-stars affluent à l’école Dream Vocal. Son directeur, Jeon Jun-kyu, se frotte les mains lorsqu’il évoque le succès planétaire de la chanson « Gangnam Style » depuis cet été.

__

Jeon Jun-kyu : « Oui, ce succès nous aide beaucoup ! Le nombre de candidats qui veulent devenir chanteurs, mais aussi compositeurs de K-Pop, a augmenté.En outre, je peux voir que l’attitude des parents s’est beaucoup améliorée. Alors que les chansons coréennes s’internationalisent, ils voient cette carrière d’un œil plus positif.

__ - Avez-vous des étudiants étrangers ?

Oui. Des étudiants de Malaisie et de Thaïlande. Beaucoup de nos professeurs peuvent donner leurs cours en anglais.

Je ne sais pas précisément combien d’écoles comme la nôtre sont apparues. Au moins 10 000, peut-être ? »

A l’issue de ces fameuses auditions, une poignée seulement de candidats seront sélectionnés. Formés ensuite pendant des années par les maisons de disque, les meilleurs seront intégrés dans des girls’s band, ou des boy’s band. Des groupes éphémères, dont la durée de vie commerciale dépasse rarement un ou deux ans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.