Les déclarations violemment anti-mexicaines du candidat à l’élection présidentielle américaine n'impressionnent pas les Mexicains qui préfèrent en rire.

Une piñata à l'effigie de Donald Trump brûlée le jour de Pâques au MExique
Une piñata à l'effigie de Donald Trump brûlée le jour de Pâques au MExique © Reuters

Deux anciens présidents mexicains, Felipe Calderón et Vicente Fox, parlent du mur que Donald Trump s’est engagé à construire sur la frontière avec le Mexique - sans manquer d’audace puisque c’est au Mexique qu’il a promis de donner la facture. Au sud de la frontière, la rhétorique raciste de l’aspirant républicain à la Maison Blanche lui vaut de nombreuses moqueries et parodies. Il est pris comme cible du folklore local et les intellectuels taillent en pièce ses promesses électorales, jugées irréalisables.

Son corps part en fumée avant que sa tête blonde n’explose. Un Donald Trump en carton-pâte de plusieurs mètres de haut est immolé sous les yeux de la foule. La scène se passait en mars dernier : le candidat républicain avait été choisi pour représenter Judas, lors des festivités de la Semaine Sainte dans le quartier populaire de La Merced, en plein centre de Mexico. C’est un exemple du folklore anti-Trump qui sévit au Mexique : pour ridiculiser le milliardaire américain, les artisans rivalisent de créativité.

Au marché de La Merced, Edith Cortés vend des piñatas à l’effigie des politiciens. A côté du président Enrique Peña Nieto, c’est un Trump en papier mâché, tout sourire, qui attire le client. Pour 5 euros, on peut l’emmener et lui régler son compte.

Regardez-le, tout blond, avec ses gros sourcils, sa houpette… Comme c’est un personnage qui n’est pas du tout agréable, on lui tape dessus avec plaisir.

Les Mexicains ne défient pas seulement Trump sur le terrain du folklore, mais aussi des idées. Ils considèrent que la promesse du candidat de construire un mur sur la frontière exhibe sa profonde méconnaissance des relations entre les deux pays. Gerardo Esquivel est économiste : "Le flux migratoire est pratiquement à l’arrêt. En plus, il y a beaucoup de Mexicains qui reviennent des Etats-Unis. Actuellement il n’y a pas d’inquiétude particulière quant aux migrants mexicains. Ce n’est même pas un sujet en soi! La position de Monsieur Trump révèle son ignorance dans ce domaine."

Du point de vue mexicain, les promesses de Trump sont un catalogue d’idées farfelues et irréalisables. Comme celle d’interdire les transferts d’argent des migrants à leurs familles restées au Mexique, un projet qui porterait surtout préjudice aux banques américaines.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.