Un questions-réponses réalisé avec Florence La Bruyère, en direct de Budapest, en Hongrie

Istvan Tarlos, le maire de Budapest, membre du parti Fidesz au pouvoir, a nommé début octobre une direction d’extrême-droite à la tête d’un théâtre municipal. Cette décision provoque beaucoup de remous, dans la capitale.

Nouveau Théâtre, à Budapest
Nouveau Théâtre, à Budapest © Marc Ryckaert

Beaucoup de Budapestois sont choqués. Le « Nouveau théâtre » est une salle prestigieuse, en plein cœur de la capitale. On y joue des classiques hongrois et étrangers. Et le directeur actuel donnait toute satisfaction : la commission culturelle de la ville avait décidé de prolonger son mandat. Mais le maire en a décidé autrement et il a nommé une direction d’extrême-droite.

- Qui est ce nouveau directeur qui fait scandale ?

Il s’agit en fait d’un tandem : un acteur et un écrivain. L’écrivain, c’est Istvan Csurka, un auteur de théâtre à succès sous le communisme. Au début des années 90, il est devenu un politicien nationaliste, connu pour ses propos antisémites et anti-tziganes ; il a même fondé un parti d’extrême droite, qui a siégé durant quelques années au Parlement.

L’acteur, c’est György Dörner, un sympathisant d’extrême-droite. C’est un comédien de second plan, qui double Bruce Willis au cinéma. Pour lui, ce théâtre est un moyen de reconquérir le monde de la culture dominé par ce qu’il appelle « l’hégémonie libérale dégénérée et malade ». « Libéral », en hongrois, c’est une expression qui vaut aussi dire « Juif ».

- Est-ce que la droite hongroise a besoin de l’extrême-droite pour gouverner ? Ou bien ce théâtre est-il un cadeau en échange d’autre chose ?

Non, la droite de Viktor Orban peut gouverner seule ; elle a une majorité très confortable au parlement.

En fait, elle n’est pas intéressée par la culture. Elle ne veut plus y investir un sou. Le ministère de la Culture a même été supprimé ! En donnant un théâtre à l’extrême-droite, le maire pourra dire aux nationalistes : « vous avez une tribune pour vos idées, ne venez pas me demander de l’argent » !

Les voix critiques dénoncent le cynisme de cette droite au pouvoir, qui n’a aucun principe et qui déteste tellement la gauche, qu’elle préfère donner des postes à l’extrême droite plutôt que de laisser en place des artistes compétents.

__

- Les artistes et le public se mobilisent-ils ?

Oui. Il y a eu plusieurs manifestations et celle de dimanche dernier a rassemblé 80.000 personnes ! Près de 9.000 Hongrois ont déjà signé une pétition. Et les héritiers de certains auteurs ont annoncé qu’ils ne voulaient pas que leurs pièces soient jouées dans ce théâtre. La fronde gagne la scène internationale.

Le célèbre chef d’orchestre allemand, Christoph Von Dohnany, a annulé son concert de ce soir et celui de demain soir à l’Opéra de Budapest. Il ne veut pas se produire dans une ville où un théâtre est dirigé par des antisémites.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.