Au Royaume-Uni, le nombre de SDF est en forte hausse. En cinq ans, ils ont doublé à Londres, alors que l’économie est en pleine croissance. Et en cette période de Noël, l’association Crisis ouvre traditionnellement un centre d’accueil pendant sept jours, offrant aux sans abri un confort temporaire. Cette année, le centre a été pris d’assaut. Mais il va fermer ses portes demain. Eric Albert est allé à la rencontre des sans-abris à Londres pour tenter de comprendre la situation.

Cet été, après des années pris dans une relation très compliquée avec sa compagne, qui le dominait psychologiquement Paul a finalement claqué la porte. Rapidement, il s’est retrouvé à la rue. Quand il raconte l’expérience aujourd’hui, il en tremble encore.

C’est extrêmement embarrassant. Il faut trouver un endroit où il n’y a pas trop de monde aux alentours... Ca fait peur, c’est très inconfortable, c’est très solitaire.

Et après ses premiers jours dans la rue, face à ses demandes répétées d’aide, voilà ce que sa mairie lui a répondu.

Ils ont attendu de voir mon dossier médical. Et une fois qu’ils l’ont eu, ils m’ont expliqué que je n’étais pas assez vulnérable pour être relogé directement.

__

Finalement, Daf Viney, de l’association Borderline, lui a trouvé un foyer. Mais pour ce travailleur social, qui aide les sans abri depuis une douzaine d’année, le cas de Paul illustre le fait que les coupes budgétaires menées au Royaume-Uni ont fortement réduit les places dans les foyers, et supprimé beaucoup d’aide, avec des conséquences dramatiques. Alors qu’avant la crise, la majorité des SDF qu’il aidait avaient des problèmes d’alcool ou des troubles psychologiques sévères, ce n’est plus le cas.

Depuis la crise financière, j’ai commencé à rencontrer des gens qui avaient eu un travail, qui avait vécu dans leur propre appartement, mais qui avaient perdu leur emploi et qui ne pouvaient plus payer leur loyer. Ils se retrouvaient à la rue mais ils étaient très surpris. C’était le genre de personne qui pensait que ça ne leur arriverait jamais.

Résultat, il y a environ 7500 SDF à Londres. En 2010, ils étaient 3500.

Un sans-abri à Londres.
Un sans-abri à Londres. © Fred de Noyelle / Godong/picture alliance / Godong/Newscom/MaxPPP
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.