Un reportage de Stéphanie Braquehais, correspondante de RFI à Nairobi, au Kenya

Marie Lora Mungai: “Au tout début, je pense qu’il faut qu’on coupe quelques secondes.Oui,jepense que tu devrais commencer au premier “bam”, parce qu’il attend, il n’est pas encore dans son personnage”.

Les acteurs répètent et se coordonnent avec le caméraman avant la première prise
Les acteurs répètent et se coordonnent avec le caméraman avant la première prise © Stéphanie Braquehais

Marie Lora Mungai, directrice de la société de production Buni Media, est en plein montage vidéo d’un épisode d’une mini-série humoristique. La plateforme vidéo Buni TV propose des fictions, des documentaires, et des séries humoristiques portant sur des faits de société africains, disponibles en vidéo à la demande, donc à télécharger.

Et en Afrique, où les salles de cinéma sont rares, c’est un vrai succès.

Reportage sur le plateau de tournage de Buni TV.

Ce groupe de jeunes acteurs se prépare à endosser le rôle de preneurs d’otages. Ils répètent une dernière fois avant de passer devant la caméra. Ils sortent à peine de l’université et chaque performance se conclut par un fou-rire.

Le décor du studio est minimal. Un grand tissu blanc en arrière fond, quelques accessoires, des kalachnikovs et des pistolets en plastique, des cheiches pour dissimuler leur visage. Chaque épisode de cette mini-série tourne en ridicule un fait de société en Afrique. Cette fois, ce sont les pirates somaliens qui en prennent pour leur grade. L’un des acteurs explique la trame au cameraman.

Acteur : « Donc l’idée, ici, c’est qu’ils vont informer le gouvernement américain qu’ils détiennent l’un des leurs et que si leurs demandes ne sont pas entendues, ils le tueront. Mais au fur et à mesure que lui (il désigne l’acteur) va s’adresser à la caméra, il se rend compte que son camarade qu’on ne peut pas voir pour le moment, ne porte pas de cheiche… »

Caméraman : « Je vois… »

Acteur : « Donc, le moment clé pour toi, c’est quand il s’adresse à son collègue et lui dit: “qu’est ce qui ne va pas chez toi?” »

Caméraman : « Et là, je fais un zoom arrière ».

Le tournage va durer une partie de l’après-midi, pour aboutir à une vidéo de quelques minutes. Edward Khaemba dirige les comédiens.

Edward Khaemba : « L’improvisation est une nouvelle discipline, au Kenya. Tout le monde n’en est pas capable. Vous pouvez très bien avoir un artiste qui est drôle, ok, il est drôle, mais il faut tout de même qu’il apprenne la technique de l’impro. Sachant que nous avons un décor minimal et il faut que nous soyons capables de créer et communiquer notre humour dans un espace et un temps limité ».

Marie Lora Mungai, Française, a décidé d’arrêter le journalisme pour créer la société de production Buni Media. « Buni » veut dire innovation en Swahili. Son premier fait d’armes, il y a quelques années : la création des Guignols de l’Info à la kenyane. Une émission qui connaît un énorme succès dans le pays.

Marie Lora Mungai : « C’est tout à fait possible que les gens, en Afrique, regardent des films entiers sur leurs téléphones portables, car il faut savoir que ce ne sont pas de petits téléphones, mais des smartphones, avec de grands écrans, des mélanges entre un téléphone et une tablette. En Europe ou aux Etats-Unis, quand on a une télévision, un écran de cinéma dans le quartier et un ordinateur, peut-être que le téléphone n’est pas un moyen évident de regarder des vidéo, mais ici, c’est très souvent le seul moyen disponible ».

A travers ces mini-séries accessibles gratuitement, le but, à terme, est d’attirer le plus de spectateurs pour, ensuite, lancer un système d’abonnements.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.