Un reportage de Sébastien Farcis, à Indore, en Inde

Pradeep : «Ce qu’a fait le docteur est injuste : s’il nous avait dit que c’était un essai clinique et qu’il y avait ces risques, j’aurais pris un emprunt pour le soigner avec des vrais médicaments. »

Ambulance Inde
Ambulance Inde © Radio France / ..mimie

Pradeep Gehlot, que vous venez d’entendre, vient de perdre son père, qui avait été soumis à un essai clinique sans le savoir pendant un an. Comme lui, plusieurs centaines de patients pauvres de la ville d’Indore dans le centre de l’Inde, ont été abusés pendant plusieurs années par les médecins qui pratiquaient des tests de médicaments pour de grands laboratoires étrangers. Ces docteurs viennent d’être condamnés, mais cette pratique illégale serait courante dans le pays.

Krishna Gehlot souffrait d’un asthme chronique, mais ce tailleur modeste de 61 ans ne pouvait pas payer pour les soins. Un spécialiste de l’hôpital public de la ville lui a alors proposé une solution, comme le raconte son fils, Pradeep.

Pradeep Gehlot : «Le Docteur Bajpaï a assuré à mon père que ce nouveau médicament venait des Etats-Unis, et que cela le soignerait complètement. Ce traitement était gratuit, il fallait juste qu’il signe un document. Et c’est ce qu’il a fait »

__

Krishna Gehlot est décédé en janvier dernier dans des conditions douteuses, alors qu’il venait à peine d’apprendre que le médicament qu’il prenait était en fait en cours d’expérimentation pour le deuxième plus grand laboratoire allemand, Boehringer-Ingelheim. Un rapport public a prouvé que 33 patients d’essais cliniques de cette ville d’Indore étaient morts pendant ou après les essais, et que des centaines n’avaient pas donné leur consentement formel pour y participer. Le docteur KD Bhargava est le directeur du Comité d’éthique de la ville, en charge de la supervision de ces essais.

Docteur KD Bhargava : « Nous étions chargés d’inspecter la méthode générale de conduite des essais cliniques avant que le formulaire ne soit signé, mais nous n’avions pas le temps de suivre chaque cas individuellement. Ce n’était pas possible. Nous devons nous fier aux docteurs pour cela »

__

Le marché des essais cliniques a doublé en moins de 3 ans en Inde, du fait de l’arrivée des grands laboratoires étrangers, qui peuvent les réaliser ici pour deux fois moins chers qu’en France ou aux Etats-Unis. Mais le pays n’a pas mis en place de structure efficace pour contrôler qu’ils sont faits de manière éthique, comme le déplore Amar Jesani, rédacteur en chef de la revue indienne d’éthique médicale.

Amar Jesani : « Quand le gouvernement a libéralisé les essais cliniques en 2005, il aurait dû les autoriser uniquement dans les hôpitaux qui ont un système de contrôle efficace. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas, et la plupart des comités d’éthiques ne sont même pas indépendants. Les autorités voient en fait ces essais comme un commerce plutôt que comme une question scientifique et éthique »

__

En 2012 , 5% des tests mondiaux devraient être réalisés en Inde.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.