La fermeture complète de la zone intercoréenne de Kaesong n’est que le début de nos sanctions à venir [contre la Corée du Nord] (…) Le régime doit réaliser que son programme nucléaire n’aidera pas à sa survie, mais ne fait qu’accélérer son effondrement. __

Nous sommes en Corée du Sud est vous venez d’entendre la voix de la présidente Park Geun-hye (« Pac Gueu Né »), qui a décidé d’adopter la manière forte face à la Corée du Nord. Alors que les provocations nord-coréennes se multiplient avec mardi le tir d’un missile en mer du Japon, Séoul a décidé de frapper au porte-monnaie le régime communiste. Récemment, la Corée du Sud a fermé une zone industrielle conjointe, ouverte en 2004, où 124 entreprises du Sud employaient 54 000 ouvriers du Nord. C’était le seul endroit où Nord et Sud-Coréens travaillaient ensemble.Reportage à Séoul du correspondant de RFI et France Inter en Corée, FO.

Le Sud-Coréen Kim Ki-chang est un patron un peu particulier : son usine de bijoux fantaisie se trouvait en territoire nord-coréen, dans la zone industrielle de Kaesong. Il y employait 400 ouvriers du Nord…

Je ne comprends vraiment pas comment mon gouvernement a pu prendre cette décision. Du jour au lendemain! Je n’ai rien pu ramener [de mon usine], pas même une feuille de papier. Mon directeur d’usine a réussi à revenir sain et sauf au Sud, heureusement. Mais mon business est totalement terminé. J’ai perdu mes matières premières, mes produits finis, mes machines, tout ! Je ne comprends pas cette décision ! __

La Corée du Sud justifie la fermeture en rappelant que Kaesong permettait de transférer 120 millions de dollars par an au régime nord-coréen. Des devises qui auraient servi à financer son programme d’armes de destruction massive.

Mais pour les défenseurs du projet, Kaesong c’était le dernier canal d’échange et lieu de coopération entre les deux Corées.

A Kaesong, nous pouvions rencontrer les travailleurs nord-coréens tous les jours. Nous nous parlons. Pas librement, mais… au moins on pouvait se parler. La zone de Kaesong, c’était déjà un début de réunification ! Nous étions des pionniers.

Beaucoup d’analystes estiment que la fermeture ne suffira pas pour dissuader le régime : Pyongyang obtient la majorité de ses devises étrangères grâce à son commerce avec la Chine. La Corée du Nord pourrait envoyer davantage de ses ouvriers travailler dans des usines chinoises, comme elle le fait déjà.

La Corée du Nord évoque un essai nucléaire réussi
La Corée du Nord évoque un essai nucléaire réussi © Reuters
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.