Mon cher Morin, tout d’abord, tous mes vœux. Même si j’ai l’impression que cette année sera la dernière pour vous mon pauvre.

Enfin concernant Peau d’Âne vous ne me poseriez pas une telle question si vous n’étiez pas convaincu de l’immense talent de Gillot Marie-Agnès… Sans elle, dans le rôle de la Reine du Royaume Rouge, cette Peau d’Âne vaudrait Peau de zobi, que dalle, macache bono !

Vous savez Morin, bien que je ne crapahute plus sur les champs de bataille, les sept étoiles de mon képi de Maréchal continuent de briller. Eh bien, Gillot Marie-Agnès, c’est kif kif ! L’étoile qui illumina de façon si novatrice tant de ballets, à l’Opéra et sur d’autres scènes, continue de briller avec intensité sur les planches du Théâtre Marigny… C’est beau ce que je viens de dire… mais c’est pas tout…

Il y a des coïncidences étranges que vous ne pourriez pas comprendre, Morin…

C’était à Saigon, le 1er Janvier 1954… évadé du bagne Viet de Gang Bang Phoc où j’avais croupi dans une cage en bambou, je venais, avec mes Légionnaires, chercher l’oubli dans une maison de plaisir réputée du quartier chinois « La Reine du Royaume Rouge », où la taulière Madame Suzy Wan, me consolait avec ses pipes  à opium. Et c’est là… oui, c’est là…Morin…

C’est là, donc, c’était un premier janvier, les douze coups de minuit venaient d’être frappés sur un gong par Suzy Wan, quand parut Peau d’Ane... oui, Peau d’Ane, c’était le nom de scène d’Edmonde, ma future épouse, qui se produisait dans ce bouge en tant que femme à barbe dans un numéro d’effeuillage qui me rendit fou de désir !

Malgré sa pilosité jusque dans le dos, d’où son nom de scène j’en tombais raide amoureux… je vous aurais volontiers raconté dans quelle circonstances je me suis rendu compte plus tard, que Peau d’Ane était en fait un homme… 

Mais les sangsues qui jadis me vampirisèrent le fondement m’ont rendu à jamais la position assise intenable au-delà de trois minutes… aussi vais-je devoir vous quitter tout en vous renouvelant ainsi qu’à vos auditeurs, tous mes vœux de félicité… Bonne émission !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.