Qui a peur des lendemains de fête... Jean-Jack Lang? Le Maréchal Ganache? Albert Algoud?...

Il faut bien le reconnaître, les lendemains de teuf sont très éprouvants, et plus particulièrement le 2 janvier, certainement le jour de l’année le plus déprimant, le plus rasant, le plus languissant, le plus assommant, le plus barbifiant...

Je sais Leila et Daniel, vous allez me dire : 

« Continuez Jean - Jack, venez- en au fait »

Mais nom d’une colonne de Buren !  Je ne peux pas en venir au fait, puisqu’il n’y a plus de fêtes ! Fini les teufs ! Adieu réveillons ! Bye Bye Cotillons ! Au revoir Noël - Adieu Sapin ! Ciao Saint Sylvestre - ciao Boudin ! Décidément le 2 janvier est vraiment l’after le plus cafardeux de l’année ! et moi quand j’ai le cafard, je m’allonge en fixant le plafond, et quand je fixe le plafond, je m’endors, et quand je m’endors, je rêve...

Dans mon rêve  je me retrouvais à errer dans les couloirs de France Inter dont la moquette était encore jonchée de serpentin,  de langues de belle - mère, de bouteilles vides, de verres fracassés, de coquilles d’huitre, de strings à paillettes et de préservatifs à tête de Mickey... quand soudain je sursautais, interpelé par une voix martiale...

Ganache Garde à vous! Repos ! Vous savez où est passé  Albert Algoud ? 

Jean - Jack Votre question tombe à pic, Maréchal Ganache, car je le cherche aussi !

Ganache Cet enfant de salaud était supposé écrire un texte, plus précisément un rêve, se déroulant un 2 janvier, c’est à dire aujourd’hui même, rêve dans lequel j’étais supposé faire une apparition remarquée... Ni une ni deux, je me pointe dans ce rêve, mais là pas d’Albert ! Si ce type en avait dans le froc, il viendrait dans son rêve au lieu de se planquer comme une flipette...

Jean Jack   Vous savez, cher Maréchal Ganache, c’est peut-être parce qu’Albert a peur de s’ennuyer... alors que ce soit en rêve ou dans la réalité, il fuit le deux janvier...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.