François Berléand et Éric Elmosnino étaient les invités de la Bande originale. Ils venaient à la rencontre d'un artiste nommé Ramsès comme l'explique le Maréchal Ganache.

Mon cher Nagui, je trouve que vous poussez le bouchon de la fausse ingénuité un peu trop loin... En arrivant tout à l’heure quand vous avez appris de la bouche de Ji &Bi, notre rédac - chef, que nos invités étaient Eric Elmosnino et François Berléand ( bonjour Messieurs), vous - vous êtes écrié :

Elmosnino, à la rigueur , mais Berléand, plus jamais ! On l’a beaucoup trop reçu ici ! C’est un monstre de narcissisme doublé d’un vieux cabot, à chaque fois, il me pique la vedette ! Débrouille - toi pour le refouler aussi violemment que tu refoules le Coulommiers ! ( Je précise à l’intention les auditeurs qui ne le sauraient pas : Ji & bi est originaire de Coulommiers ; quand il ouvre le bec : pas besoin d’être fromager pour deviner d’où il vient ).

Mais revenons à nos invités que malgré toutes vos préventions concernant François Berléand, vous - vous êtes résigné à les recevoir ensemble, mon cher Nagui.

A vrai dire, quand Ji & bi vous a dit qu’ils venaient pour « Ramsès », je vous ai vu sourire, l’air énigmatique. J’ai perçu dans votre regard comme une lueur venue d’un très lointain passé... Intrigué, je vous ai alors demandé alors si vous pensiez au troisième Pharaon de la XIX e dynastie, Ramsès le Grand, le Bâtisseur et le Conquérant, celui qu’en égyptien ancien on surnommait, Ramessou Meryamon. Et là, Nagui, vous m’avez rétorqué :

Pas du tout, Maréchal, je souris, parce que Ramsès, c’est mon nom de scène au Néfertiti, le cabaret transformiste où je me produits aussi sous le nom de Phymosis IV...

Une fois de plus, je suis tombé de haut. Toutefois, avant de me retirer, comme il me reste un peu du temps de parole imparti par mon CDI, je tiens à vous féliciter François Berléand ! Je vous le dit, incontinent, vous m’avez complètement bluffé en vous déplaçant sur scène en fauteuil roulant, comme si vous en aviez toujours fait. Idem pour le monte escalier. Nagui m’a même dit que vous poussiez le réalisme jusqu’à porter une couche ! Néanmoins, il manque un accessoire dans cette pièce pour faire encore plus réaliste : une baignoire à porte. Je dois bientôt changer celle de mon cabinet de toilette aux Vieux glands ( mon hospice ) Elle a des fuites, un peu comme moi. Si ça vous intéresse...

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.