Je pressens, mon cher Nan-gui, que dans nos belles provinces Le Livre de ma Mère va connaître un succès considérable. Il s’agit là, tout simplement d’un texte d’une grande beauté littéraire et d’une profonde humanité, servie par un comédien remarquable d’émotion, Patrick Timsit (Coucou Patrick !)

« Amour de nos mères, à nul autre pareil » s’écrie Albert  Cohen ! 

Ah,  je suis bien d’accord avec Albert ! 

En cette époque d’inversion, de subversion, de profanations des valeurs familiales les plus fondamentales, souillées au nom d’un prétendu droit à la paternité que revendiquent des couples de barbus et de camionneuses tout droit sortis de Sodome et Gomorrhe, véritables  boules de vice à qui  le ciel fera passer un jour l’envie de donner le biberon et de pousser le landau, en les punissant de leurs penchants contre nature…

Où en étais-je… Ah, oui, en cette époque d’inversion des valeurs familiales, tout ce qui a trait au culte des Manmans me touche et me bouleverse… Une famille, c’est bien sûr, un papa, mais surtout une Manman !… un papa… UNE MANMAN.

Albert Cohen, dans Le Livre de ma Mère écrit encore, je le cite :

"Édentés ou non, forts ou faibles, jeunes ou vieux, nos mères nous aiment."

 A la lumière de ces lignes, j’ai compris, Nan-gui que vous n’avez rien d’une mère aimante pour Ji &Bi, notre rédac’ chef qui est édenté, d’une constitution fragile et qui a l’air très vieux, usé, malgré son jeune âge… Juste avant l’émission, en effet, vous lui avez crié :

"Quoi, encore Timsit ? Bon, OK, mais j’espère qu’il va bien nous faire marrer !"

"Mais ô mon maître, si vous aviez lu ma fiche, vous sauriez que Patrick Timsit est invité pour Le Livre de ma mère…"

"Mais je m’en fous que ta mère ait écrit un livre ! Moi, ce que je veux, c’est que Timsit nous fasse marrer…"

Voilà, cher Patrick Timsit, comment se prépare la Bande Originale, dans la confusion mentale, la misère intellectuelle et la violence destructrice des gilets jaunes…

Bonne émission !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.