Le Maréchal Ganache est très heureux de recevoir Karin Viard pour "Vera", car il estime qu'elle joue dans cette pièce un rôle de femme "'qui en a dans le froc"...

En tant que cousin de Dominique Besnéhard, l’ex-agent des stars, et le super as du casting, je peux vous assurer, mon cher Nagui, que j’ai été sacrément secoué par cette pièce de Petr Ze... Zelenka ! Comme je vous disais ce matin dans le bureau de la bande Originale que cette Vera prête à tout sacrifier pour sa réussite me glaçait le sang, vous m’avez répondu que vous ne la trouviez pas assez cynique car pour réussir dans le show biz selon vous, il y a deux conditions « Sine qua non », comme dirait Leila qui parle le Latin couramment ...

Primo : s’entourer d’une bande de tocards qui peuvent pas vous faire de l’ombre, comme moi  à France Inter, avez-vous précisé Nagui...

Deuxio : flatter les comédiennes qui ont du succès, même quand vous n’avez rien à cirer de leurs prestations, comme moi à France Inter, avez-vous précisé, Nagui...

Voilà... en ce qui me concerne, j’ai pigé une chose : gérer une agence de casting, c’est un sacré business... C’est vous dire si je ne regrette pas de ne pas avoir pris la succession de mon cousin et c’est vous dire aussi si je me réjouis d’avoir conservé mon job d’orthophoniste des stars...Ménager les ambitions d’acteurs narcissiques et les frustrations d’actrices dépressives, et vice versa... C’est pas une sinécure....que ce soit en France ou en... Kché...en Ché... en Chki... en  Choko... en Tchélloskavie... Chéchloslovaquie... 

Bon, je renonce et je passe le crachoir au Maréchal Ganache…

“ Merci Jean-Dominique. Comme je sens que le crachoir, Nagui brûle de le reprendre, je serai bref. Madame Viard, je dirais qu’en acceptant de jouer le rôle de cette Vera, vous avez montré que vous en aviez dans le froc, et venant de moi, croyez–moi, c’est un sacré compliment !  Non seulement Vera mène ses affaires sans aucun état d’âme mais là où elle m’a le plus impressionné c’est à la scène quand, jouant sur les mots de façon perverse, elle fait croire à une collègue que le cul occupe toutes ses soirées alors que le cul en question est celui de son mari meurtri dans sa chair, comme moi et qui se déplace avec difficulté, comme moi, un postérieur dans lequel elle a plaisir à planter une  seringue... »

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.