Le Père Albert avait commencé par adorer le film de nos invités qui prône de vraies valeurs... mais il a malheureusement déchanté

Cher Nan-Gui, eu égard aux grands talents de Sabine Azéma (coucou Sabine)  comédienne aussi piquante que piquée surtout dans ce film et d’André Dussolier (coucou André) comédien aussi baroque que barré, eu égard bien sûr au succès du Tanguy initial, il y a tout lieu de penser que Tanguy  le retour va connaître un succès d’autant plus colossal que toute comédie étant - comme le disait Feydeau - la réfraction d’un drame, le retour chez leurs parents de jeunes (et moins jeunes) adultes, est un problème « sociétal » comme dirait Leila Kaddour, qui touche un vaste public… 

Par les croûtes de Saint Moret ! Il  y a des jours où je me dis que je devrais officier dans les émissions d’Ali Rebbei… 

Ceci étant, chère Sabine, cher André, si au début du film je me suis dit : « Enfin une histoire qui exalte les vertus de la famille, dont les imputrescibles piliers sont… Un papa/Une Man-Man… Un Papa/Une Man-man » ou plutôt, quinze ans après Tanguy : un Papy/Une Mamy… Surtout si l’on tient compte des problèmes de mémoire et de prostate  de Paul, et des douleurs articulaires d’Edith…

Hélas j’ai vite déchanté, car je me suis rendu compte avec beaucoup de tristesse, qu’en couvrant  à nouveau de ridicule le prénom Tanguy (dont il faut bien admettre, et j’en demande pardon à notre Tanguy - Pastureau - qu’il a quelque chose de désuet, de presque ridicule, comme d’ailleurs tous les noms en Gui…) j’ai réalisé qu’une fois de plus, le film renouait avec l’amoralisme dans lequel le réalisateur, Etienne Chatiliez (coucou si tu nous écoutes) se vautre depuis toujours… ce qu’atteste sa filmographie… 

La vie est un long fleuve tranquille, où la fougue charismatique d’un prêtre, le Père Aubergé, alias Patrick Bouchitey, est souillée…  

Tatie Dans-niele, où une vieille femme énurésique se fait gifler par sa nounou… Le bonheur est dans le pré ! Où Nicole, alias Sabine Azéma, oui, toi, Sabine, sombre dans l’adultère en se laissant tamponner par Gérard, concessionnaire automobile pour qui joint de culasse et pare choc arrière n’ont pas de secret. 

Si j’en avais le temps, chère Sabine, cher André,  je procéderai sur vos personnes  à un exorcisme flash mais Nan-gui, piaffe d’impatience, je vous laisse tout en vous absolvant car … Je t’aime Sabine, je t’aime André… Promis ? 

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.