Aujourd'hui, c'est le Père Albert qui nous livre sa critique des "Rivières Pourpres"

Je suis navré Nangui, mais c’est moi, Père Albert, qui remplace François François, qui a été mis en garde à vue pour trafic de galette des rois au Poppers…

Avec mes jeunes en recherche, j’ai donc visionné les formidables épisodes de cette deuxième série des Rivières Pourpres sur le home cinéma de ma camionnette – aumônerie - stand de de tir- cellule de dégrisement, garée, tu le sais Olivier, dans  le bois de Boubou.

J’ai bien sûr été captivé, chopé par cette série au suspense constant, série, que j’ai trouvée  d’autant plus renversante que le prochain  épisode commence par l’assassinat dans les environs de Charleville Mézières, d’un collègue de ma boite, le Vatican qu’on retrouve dans une chapelle crucifié à l’envers, la tête en bas, et tout nu…

Alors que je voulais faire part de mes inquiétudes à Dan-niel Morin que j’avais invité à ce visionnage, je me suis rendu compte qu’il s’était endormi dès le générique et comme je lui donnais des coups de batte pour le réveiller, il m’a dit : « Je suis un fan absolu d’Olivier Marchal, mais Charleville-Mézières, ça fait sur moi le même effet que Vesoul. Et je comprends qu’Arthur Rambo ait voulu en foutre le camp le plus tôt possible … »

Sans appuyer sur son inculture crasse et pour garder Dan-niel éveillé, je lui vantai alors les grandes qualités de cette enquête, qui, par la logique imparable de sa sombre dynamique, par cette plongée sans retour dans les méandres du mal et de la vengeance, servi par le jeu tragiquement bourru d’Olivier Marchal… outrepasse le genre thriller, et nous emmène aux confins de l’indicible…

Aaah, nom d’un enfant de chœur, quel commentaire divin ! J’en ai les burettes qui tintent !… 

D’ailleurs, tout à l’heure , j’ai entendu Leila qui murmurait à Nagui : « Décidément, je sens qu’en 2020 le Père Albert va encore plus m’impressionner avec ses analyses d’une rare pertinence. Autre chose que les poussives chroniques sur les séries de Benoit Lagane dans le 5/7 de France Inter » Et Nagui de surenchérir : « T’inquiète,  Leila bientôt, le Lagane, c’est en moins de cinq sets, qu’il sera viré du 5/7 »

Voilà, cher Olivier : menaces, jalousie tenace, méchanceté tennistique, c’est ça aussi, la Bande Originale. 

Bonne émission quand même !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.