La nuit dernière, Jean-Jack a écouté Bambino de Dalida avant de dormir, ce qui l'a emmené dans d'étranges rêves...

Mon cher Nagui, hier dans la nuit du 9 au 10 mai, quand je me suis couché, après avoir enfilé mon pyjama-marinière Jean -Paul Gaultier, après avoir lu le dernier livre de Daniel Pennac (Quel auteur formidable !), j’ai eu du mal à trouver le sommeil.

Et si j’ai eu du mal à trouver le sommeil, c’est parce qu’en cette date anniversaire, les souvenirs se bousculent au portillon de ma mémoire...

Je ne vous parle pas d’un temps que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître, en l’occurrence les soirées Bastoncomme celle du 10 mai 68, dite Nuit des Barricades, rue Gay Lussac, aux cours de laquelle dans la fumée des lacrymos mes camarades et moi, nous nous adonnions à de furieux corps à corps avec de vigoureux, de musculeux, de furieux CRS qui n’avaient qu’une envie, que nous tâtions de leur grosse matraque.

Je n’évoquerai que le 10 mai 1981, qui vit le triomphe de François Mitterrand. Ce jour-là, avec mon cousin Jack, pour acclamer le vainqueur, je m’étais rendu à Château-Chinon, où François depuis l’Hôtel du Vieux Morvan, devait remercier ses électeurs (Pour la petite histoire, Jack et moi n’avions trouvé une chambre qu’à l’hôtel du Vieux Morveux, ainsi nommé car son proprio avait toujours le nez qui coule )...

Mais je ne sais plus où j’en étais... Ah oui, quand je repense à cette folle journée, je me revois coincé,  entassé, pressé, oppressé, compressé, angoissé (des tas de trucs « cé ») dans la foule des courtisans - je veux dire des partisans ...  

Alors pour trouver le sommeil, sur mon I Pad, j’écoute le début de Bambino interprété par l’inoubliable égérie de François Mitterrand ... Dalida... Et quand j’écoute, je ferme les yeux, et quand je ferme les yeux, je rêve...

Dans mon rêve, un homme, lunettes à montures bleues et moumoute couleur paille, s’avançait vers moi, furieux...  

Jean-Orlando : Bonjour, je suis Jean-Orlando, le cousin du frère de Dalida...

Jean-Jack Lang : Cher Jean-Orlando, si tu es le cousin du frère de Dalida, j’en déduis que tu es également le cousin de Dalida...  

Jean-Orlando : Oui, et à ce titre, je suis moi aussi, l’ayant droit de Dalida.  

Jean-Jack Lang : Et alors, que me vaut l’immense honneur de ta visite, Jean - Orlando ?  

Jean-Orlando : Il faut payer des droits pour Bambino!

Jean-Jack Lang :  Des droits, Jean-Orlando? Mais tu es dans mon rêve, et sache que dans mon rêve, on ne paye pas de droits, même  s’il s’agit de l’immense Dalida !...

Déjà Orlando furioso, s’éloignait en me maudissant quand je fus interpellé par Jean-Roger Navarro, vigile à France Inter et aussi neveu du plus vieux commissaire du monde.

Jean-Roger Navarro : Dis-moi, Jiji, il paraît que dans le secteur, y’a un type qu’il fait croire qu’il est le cousin de Dalida, alors que Dalida, la vérité, elle n'a jamais eu de cousin à elle ! Je suis bien placé pour le savoir, parce que, ma parole d’honneur, mon oncle Roger, c’était le meilleur ami à François Mitterrand qu’était le meilleur ami à René Bousquet, qu’était pas le meilleur ami à Pascal Sevran, qu’était le meilleur ami à Baltique (le  Labrador à François ), qu’était le meilleur ami à Dalida...   Tu me suis, Jiji ?  

Jean-Jack Lang : Parfaitement, Jean Roger !

Alors, ce fils de putain, tu vas me dire son nom.

Jean-Roger Navarro : Non je refuse, je ne veux pas que cela finisse comme d’habitude avec des aveux extorqués à grands coups de Bottin de Bab el Oued qui ne laissent pas de trace...  

Eh bien pas du tout ! Dans sa façon de cuisiner un suspect, mon Oncle, il essayait de se renouveler. Alors je vais utiliser une autre technique à mon oncle... le supplice de la Harissa...Au bout de trois cuillères bien pleines de purée de piments, forcé que celui qui avale ça, il finit par cracher le morceau...Allez, ouvre la bouche, Jiji.. Une cuillère pour François...Aaaaaah !

Au moment où Jean-Roger allait me faire ingurgiter de force une cuillère pleine de Harissa... Je me réveillais... Juste à temps pour foncer à France Inter…et vous souhaiter une bonne fin d’émission...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.