Ce matin, Albert Algoud alias François François révèlent des vérités qui dérangent...

Salut les amis ! Salut Nagui, coucou Alice et coucou Guillaume… 

Quelle pièce emballante ! Quelle adaptation excellente ! Quelle mise en scène intelligente ! Quelle interprétation succulente, amusante !  Alice, alias « The Girl », si troublante… et Guillaume, alias Richard, en proie à des tentations Zégarantes… 

Et pourtant Nagui, je dois vous faire part d’une déception désolante… qui, je te rassure, ne concerne  que le titre : « 7 ans de réflexion »…

Daniel Morin, qui était assis à côté de moi au théâtre des Bouffes Parisiens, alors qu’il venait d’être réveillé par une de ses propres flatulences, m’a fait remarquer que le titre anglais de la pièce originelle de Georges Axelroad, était « Seven Year Itch », ce qui peut se traduire,  « la démangeaison de la septième année » un état, qui correspondrait d’après les travaux du  docteur Brubaker (que Richard doit éditer) à une phase d’infidélité sporadique par laquelle passent beaucoup d’hommes dans leur septième année de mariage…  A ce propos, comme me le disait Leila avant l’émission : « Pour comprendre cette évidence pas besoin d’écouter Ali Rebeihi dans Grand Bien vous fasse et de poursuivre, moi le seul grand bien qu’il me fait c’est quand il se tait et que l’émission finit ».

Au risque de te choquer, Nagui, toi qui es la fidélité incarnée et qui prétend, n’avoir jamais  été tenté de donner le moindre petit coup de canif à ton contrat… 

Je t’avoue , car je suis ici pour révéler les vérités qui dérangent, y compris quand il s’agit de  moi, oui, je t’avoue que je ne suis pas marié depuis sept ans, mais je peux t’assurer que dès que je me retrouve tout seul  chez moi, comme Richard…  surtout quand, comme dans cette histoire, c’est la canicule, et qu’il y’a  pas que les jours qui rallongent…  et qu’il fait chaud, oui, chaud, très très chaud dans les T shirt, dans les maillots, de la Côte d’Azur à Saint Malo ( Spéciale dédicace à Eric Charden), je me sens démangé, chatouillé, grattouillé, picoté, titillé partout…  Et je peux te dire qu’alors, c’est tous les jours la Fête des voisins… si tu vois ce que je veux dire…

Venez à la prochaine. Bonne émission !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.