Le Père Albert Algoud a bien compris pourquoi le film "Première année", avec Vincent Lacoste et William Lebghil va être un succès !

Vous savez, Nan-gui,  le public, comme moi, ne s’y trompe pas, et sera bouleversé par ce film d’apprentissage qui décrit la dureté de cette  impitoyable PACES « première an-née commune aux études de santé ». J’ai été d’autant plus ému par ce film remarquable que je me sens beaucoup de points communs avec Antoine, incarné par Vincent Lacoste (Coucou Vincent !) et Benjamin, incarné par William Lebghil, (coucou William !). 

En effet, de même que ces deux jeunes en recherche espèrent pouvoir un jour soigner les corps, étant jeune, j’aspirais, (j’ai beaucoup aspiré) à soigner les âmes, qui, comme les corps, peuvent être meurtries, blessées, souillées... Et je dois avouer que ma première an-née au petit séminaire ressemblait fort à cette PACES ! L’isolement, la solitude, le nez dans les annales, les morbides parties de 5 contre 1...

Oui, Nan-gui, comme le disait Victor Hugo :

Ces choses-là sont rudes

Il faut pour les comprendre

Avoir fait ses études

Des vers qui me font comprendre votre réaction, Nan-gui, quand Ji & Bi, notre rédac’ chef vous a passé sa fiche avec le pichte du film...

- OK pour William Lebghil, mais Vincent  Lacoste, c’est hors de question !

- Serait-ce ô mon maître impétueux parce que vous ne l’aimez pas, comme certains comédiens que vous poursuivez de votre haine tenace en les boycottant ? Ou serait-ce parce que Vincent est déjà venu dans l’émission ? 

- Mais non, ça je m’en fous ! la semaine dernière on a reçu Weber, Huster, Arditi, Lauby, Bacri qui sont déjà venus dix fois chacun... Non, Vincent Lacoste j’en veux pas, parce qu’il incarne un mec qui triple sa première année... A tous les coups, Morin, qui sait tout de moi, va m’humilier en direct en rappelant que moi aussi, j’ai triplé ma première année... de sixième, à l’âge de 17 ans... 

La suite à écouter et à retrouver en  vidéo !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.