Jean-Jack Lang a été inspiré par le film “Roxane” qui démontre le goût des poules pour les vers en tout genre...

Roxane est servi par des comédiennes aussi remarquables que Léa Drucker, Liliane  Rovère, sans oublier la poule Roxane - Roxane dont, en la voyant si belle en train de caqueter avec le formidable Guillaume de Tonquedec, je n’ai pas pu m’empêcher de m’écrier : « Ah la belle caquète » !

Ça sera aussi un succès car la thématique de ce film va dans le sens des aspirations de plus en plus marquées de nos citoyens pour tout ce qui est sain et naturel. C’est ainsi que moi-même, et mon cousin Jack, chez Zouzou Coiffure, pour notre coloration rajeunissante noir corbeau - qui nous fait paraître trente ans de moins - et que je vous recommande, Nagui - nous avons renoncé aux shampoings à  base de Glycerine / Hexadi - methrine / Hydroxy - benzo - morpholine / Ethano lamine des tas de saloperies en « ine » 

Et nous optons désormais pour une teinture RégéColor bio à base d’encre de seiche, de charbon de bois et de chocolat équitable fondu 95 % de cacao… 

Mais revenons à Roxane dont le succès sera d’autant plus mérité que ce film démontre admirablement les affinités entre aviculture et culture, puisqu’en effet, il est démontré que les poules peuvent aussi bien se nourrir de vers de terre que de vers d’Edmond Rostand.

Ceci dit chère Léa Drucker, la préparation de cette émission ne fut pas de tout repos. Quand, juste avant les infos de 11 heures Nagui a lu votre nom sur l’emploi du temps, ivre de rage, il a tout de suite appelé Ji & Bi, notre rédac’ chef qui s’est agenouillé devant lui en bafouillant malgré les coups qui pleuvaient sur lui …

- Mon cœur ne vous quitta jamais une seconde

Et je suis et serai jusque dans l’autre monde

Celui qui vous aime sans mesure… 

- Tu fais le lèche-botte en alexandrins, maintenant ! 

- Mais, ô mon Seigneur et Maître, ce sont les dernières paroles que Cyrano adresse à Roxane…

- Justement, c’est pas Léa Drucker qu’est déjà venue qu’il fallait inviter, c’est Roxane, la poule, elle au moins j’aurais été sûr de la faire glousser…

Voilà, chère Léa Drucker comment se prépare la Bande Originale dans l’ignorance  des grands classiques, les coups, et une vision pour le moins machiste des gallinacées…Bonne émission quand même…

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.