François François s’interroge sur le théâtre, ses illusions et toutes ses facéties

Salut les amis ! Salut Nagui ! Et Zou bisou, Zabou ! Attention ce matin encore, va y avoir de la révélation, de la dénonciation, de la circoncision mais toujours pas d’érection…

Zabou, dans une interview à propos du système Ribadier, de Feydeau que tu avais merveilleusement mis en scène, tu avais dit, je te cite, deux points et j’ouvre tes guillemets :

« Ce que l’on croit n’est pas forcément ce que l’on voit, ce que l’on voit n’est pas forcément ce que l’on croit »

Eh bien, c’est exactement ma philosophie (comme disait Amel Bent quand elle « visait la Lune »). Parce ce que mon job, ici, consiste à démystifier les apparences, à dénoncer les mensonges…

Et comme tu le sais, Zabou, je ne t’apprends rien mais je le rappelle à tous mes amis incultes ici présents : le théâtre est un art du mensonge. Les lumières, les costumes, le maquillage : tout est factice, illusion, trompe l’œil ! Toi qui connais bien Tintin, chère Zabou, tu te souviens du Capitaine Haddock au Musical Palace, qui prend la porte d’un décor pour celle de la buvette… Dans quel album ? (Les 7 Boules de Cristal

Et surtout au théâtre, il y a les personnages... Et toi, Leila, qui parles couramment latin, tu sais que le mot « personnage » vient de « persona » qui veut dire « Masque »… (Hum, ça fait du bien, un peu d’étymologie, je kiffe la sémantique !) 

Un acteur cache donc sa vraie identité derrière son personnage… Bien sûr, Zabou, tu ne joues pas dans La Dame de  chez Maxim, tu ne prêtes pas ta belle voix aux Hirondelles de Kaboul, mais ça ne m’empêche pas de me demander : mais nom d’une boule à facettes, qui se cache derrière Zabou ?

Mon cher Nagui, je vais m’arrêter là, car je le sens, je le vois bien, vous aussi vous êtes Zabou.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.