Jean-Jack Lang a adoré la pièce Logiquimpertrubabledufouva qui lui fait avouer que lui est un "ouf de la teuf"

Très cher Nagui, cette pièce va connaître un succès… fou. 

En vous entendant prononcer sans bafouiller  Logiquimpertrubabledufou, permettez-moi de remarquer que vous êtes aussi habile à articuler les néologismes à rallonges qu’à débiter ces interminables questions à tiroirs dont vous avez le secret ! Et chaque fois que je vous écoute, lancé dans vos circonvolutions rhétoriques qui frisent l’hermétisme mallarméen le plus obscur, je me dis : quel bagout ! Quelle tchatche ! Quel style ! 

Et voyez-vous Naguito mio, jamais votre faconde insensée n’aura été aussi bien adaptée à l’invitée de la Bande Originale, puisque ce matin, c’est d’une pièce de folie… sur la folie (pièce que j’ai aimé à la folie) dont Zabou Breitman, qui en est l’auteure et la metteuse en scène, vient nous parler… 

Quand je dis « pièce de folie », c’est au pluriel qu’il faut entendre « folies ». Car lancés dans une étourdissante danse de Saint-Guy, voici que déboulent et cabriolent sur la scène du Rond Point, de supposés dingos en tous genres : paranoïaques angoissés, schizophrènes agités, lapins rosés, bipolaires déboussolés, psychiatres dépassés, et toutes les variantes possibles d’aliénés, désaxés, dérangés, déséquilibrés, forcenés, timbrés, fêlés, piqués, cinglés, cintrés, chtarbés, sonnés, détraqués, toqués, décervelés…  

Nagui chéri, une fois de plus que constache ? Que si vous aviez eu affaire à mon cousin Jack, vous eussiez pris des gants (une paire de gants Kenzo ou Louis Vuitton) pour lui dire, avec tact, d’enchaîner, au lieu de le couper, bousculer, violenter comme vous le faites avec moi...

Mais je ne vous garde pas rancune de ces interruptions Naguinounet… Vous le savez, comme mon cousin Jack, je suis un ouf de la teuf ! Un fou de la fête ! (cherchez pas la contrepèterie, y en n’a pas) 

D’ores et déjà, ce soir je vous invite, tous, dans les sous-sols capitonnés du Banana Café où j’organise La Teuf des Oufs, un remake de la _Fêtes des Fous _du Moyen Age. 

Pour ma part, je serai vêtu d’un pyjama/marinière Jean-Paul Gaultier, d’une camisole de force griffé Thierry Mugler et coiffé d’un entonnoir designé Philippe Starck. Comme cette fiesta se tenait jadis sur le parvis de Notre-Dame, par sécurité, j’ai prévu d’inviter une brigade de vigoureux, courageux, musculeux Sapeur pompiers, qui seront nos garde-fous. 

Bonne émission !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.