Jean-Philippe Manoeuvre relate ce matin une discussion qu'il a eue avec Ji & Bi au sujet de l'invitée, Anne Charrier, et de sa pièce, "En attendant Bojangles"...

Putain, Nagui, le quiproquo ! Total confioujone ! Ce matin, Ji & Bi, ton rédac’ chef, m’a appelé pour que je vienne d’urgence et quand je lui ai demandé pourquoi... de sa voix rendue pâteuse par le cocktail  Valium- Temesta - Xanax - Lexomyl- Hachich dont il se gave pour tenir le coup, tellement tu le terrorises... Il  m’a répondu : « En attendant Bojangles ».

Et là, je  me suis  dit : Yes ! Bingo ! Il fait appel à moi au lieu de te laisser, toi, Nagui, baragouiner des approximations qui font peut-être illusion à Taratata, mais qui font se tordre de rire les vrais rock critics !

Donc, tout à l’heure j’arrive dans le bureau de la B-O, et là, direct, j’explique Bojangles à Ji & Bi... 

« C’est simple, man : le song writer de Mister Bojangles, Jerry Jeff Walker, un cador de la Country Music, a été inspiré par sa rencontre en prison - le 12 mars 68 -  y’a exactement cinquante ans, avec Bill Robinson un danseur de claquettes unijambiste dont le chien albinos venait de se faire écraser par un corbillard fou... ». 

Et là, Ji & Bi m’arrête et toujours de sa voix pâteuse,  annone en  tremblant : “Sur la fiche que je viens de donner à Nagui, j’ai écrit que Bojangles était de Nina Simone... »

No way , Man , c’est pas de Nina Simone, mais interprété par Nina Simone !

« Parle moins fort, Jean-Philippe, si Nagui découvre que je me suis trompé, il va me casser le genou droit à coups de planches !”

“Mais Putain, mec, je croyais que tu attendais que je t’explique Bojangles... »

“ Mais non « En attendant Bojangles », c’est le titre de la pièce pour laquelle vient Anne Charrier... »

“Mais Fuck the fucking Fuck ! Alors, pourquoi tu m’as fait venir ?”

“Parce que ça va être une super émission, avec une super comédienne, sur une super pièce !”

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.