Jean-Jack Lang est ravi de pouvoir accueillir Dany Laferrière ce matin dans la bande Originale.

Nagui ,mon cher ami  Nagui Zanmi mwen renmen anpil (comme on dit en créole haïtien), en dépit d’un initial et léger quiproquo qui vous a fait dire à Ji & Bi, notre rédac’chef, quand celui-ci vous a expliqué que Dany Laferrière était originaire de Haïti, je vous cite : « Super, j’adore tout ce qui vient de Polynésie ! ». 

Malgré cette confusion anodine, Nagui soley nan lavi mwen (Nagui soleil de ma vie) je ne peux que me réjouir de la venue de Dany Laferrière, un homme, qui, tout comme moi, est une personne d’une insatiable curiosité artistique. Mais aussi un académicien peu académique, follement épris…des colonnes de Buren ! Et qui, de Port au Prince à Paris, via Québec et Miami, est le chantre de la francophonie et de ses écrivains de génie. 

De la langue française, exaltant l’élégance, les extravagances, les magnificences, la truculence, les pubescences, l’effervescence, l’incandescence, le plein d’essence... Je voulais dire : pleins de trucs en « sence ». Et c’est dire, cher Dany Laferrière, si, de votre livre, j’ai apprécié le propos « à saut et à gambades », pour reprendre une expression tirée des Essais de votre cher Montaigne. 

Un propos dont, faute de métaphores, assez frappantes, je comparerais les étincellements aux salves du canon à confettis dont mon cousin Jack et moi-même, bombardons les teuffers et les dancers depuis le char du Banana café pendant la Gay Pride et la Techno Parade. D’ailleurs, votre livre, lui aussi, est une fête : la fête de l’alphabet, la surboum de la syntaxe, la teuf des écrivains, la nouba du roman, la fiesta des poètes, le grand raout de l’écriture à la main, mon cousin ! Et peu importe, comme me le disait Nagui, quand il a découvert votre ouvrage, que vous dessiniez comme un cochon... Car tout comme dans le cochon... Dans votre livre, tout est bon !  Alors merci, très cher Dany, et Bonne émission !

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.