Notre invité Aïssa Maïga présente le documentaire Pygmalionnes, l'occasion pour François François de se rappeler les clichés et stéréotypes des castings...

Salut Nagui, salut les amis ! Coucou Aïssa… ah, ça fait du bien de vous retrouver après cinq heures de marche à pied ! Mais ça m’a fait encore plus de bien de regarder Pygmalionnes !

Tu sais, Aïssa, j’ai été très ému par tes propos, notamment quand tu évoques les castings où tu étais regardée comme « une extra-terrestre », à l’issue desquels on ne te proposait que des rôles conformes aux clichés sexistes ou implicitement racistes… Oui, j’ai été ému, car moi aussi, je me suis présenté à des castings à l’issue desquels ne m’étaient proposé que des rôles stéréotypés : joueur de clavecin, coiffeur-paysagiste, attaché de presse, toiletteur pour chien, grand couturier, Pôle Dancer, fleuriste, rédac’ chef d’émission de radio… rôles que j’ai tous refusés…

Alors que je visionnais Pygmalionnes en compagnie de Daniel Morin, je me tournais vers celui-ci pour lui dire qu’il était temps que triomphe l’égalité absolue entre les hommes et les femmes, dans tous les domaines… Daniel émergeant alors de la somnolence où il avait sombré devant le générique, s’écria d’une voix pâteuse. « L’égalité absolue, dans tous les domaines, si tu veux François François… sauf dans le foot ! tu entends, sauf dans le foot ! » Sur ce, il eut un renvoi écoeurant et se rendormit.

Mais moi,  tu le sais Nagui, l’étymologie et la mythologie, c’est mon kif ! Je peux te dire que « Pygmalionnes », c’est un titre complètement subversif. En fait, Pygmalion était un gros beauf machiste. Longtemps il était resté chaste et célibataire car il était dégoûté par l’indépendance de moeurs des femmes  qu’il considérait comme des trainées ! Il est tombé amoureux de sa statue, parce qu’elle lui était complètement soumise…

Comme je m’entretenais de tout cela avec Leila, elle m’a interrompu, en me disant : «  François François, avec quel art merveilleux tu réveilles l’helléniste féministe qui sommeille en moi. Autre chose que le vomi intégriste de Giulia Foïs, dans « Pas son genre » sur France Inter le vendredi soir. Et Nagui de ricaner : « En tout cas, c’est vraiment pas mon genre d’émission et je vais le faire savoir » 

Voilà, chère Aïssa comment se prépare la Bande Originale, dans l’absence totale de sororité et de solidarité. 

Bonne émission quand même !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.