Le Maréchal Ganache est très enjoué par le film pour lequel Arnaud Ducret est invité, même s'il n'est pas Maréchal !

Mon cher Nagui, je me montre souvent sceptique sur la programmation de votre émission qui fait un peu trop la part belle aux acteurs et aux actrices, et cela au détriment de catégories socio - professionnelles tout aussi honorables. Je songe surtout aux militaires de toutes armes, qui, vu leurs états de service auraient des trucs autrement plus passionnants à raconter que les états d’âme narcissiques des saltimbanques qui se bousculent à votre portillon. Oui, chez vous, ça manque de généraux, de colonels, lieutenants - colonels, capitaines, amiraux, vice - amiraux, contre - amiraux, capitaine de frégate, de vaisseau, de corvette, et patati et patata... Vous remarquerez que je n’ai pas mentionné les Maréchaux. A part les Boulevards - les fameux Maréchaux  connus des Parisiens - je tiens à le rappeler : je suis l’ultime Maréchal de France encore à peu près vivant, et je me refuse à jouer ici les fiers -à-bras !

Mais, mais... une fois n’est pas coutume : j’ai été emballé  par le film dont  vous êtes le héros, Monsieur Ducret, et surtout, (à plus d’un titre) par le titre de ce film.  

Primo pour une raison militaire ; deuxio, pour une raison sanitaire !  Suivez-moi bien Nagui. Ne vous relâchez pas ! 

Raison militaire : le soir quand j’entrais dans une chambrée mon cri de commandement était : «  Garde à vous ! Repos ! ». Un ordre dont « Les dents, pipi et au lit » est le strict équivalent, Monsieur Ducret ...  Ben oui : « Les dents - pipi ! » c’est une mise en garde, autoritaire  et « Au lit » une injonction ferme mais sympathique, incitant au repos. 

Raison sanitaire maintenant : j’avoue avoir été ému par le titre de votre film, Monsieur Ducret, car il m’évoque ce que je vis chaque soir aux Vieux Glands, ma maison de retraite médicalisée.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.