François François a découvert beaucoup de choses en lisant le dernier livre de Michel Cymès, il raconte...

Salut les amis, salut Nagui, et coucou Michel !  

Vous le savez Nagui, j’habite seul avec maman, dans un très vieil appartement (rue Sarasate) et j’ai pour me tenir compagnie, une tortue, deux canaris et une vieille chatte… c’est dire si  j’ai kiffé Même pas bêtes ! Livre où j’ai appris des tas de choses passionnantes sur mes animaux avec lesquels j’ai beaucoup de points communs…

A force de vivre la nuit, notamment sur le dancefloor des sous-sols du Banana, je suis presque devenu nyctalope, je vois dans le noir, comme ma chatte Béranger, non elle s’appelle Françoise : oui, c’est son nom : Françoise François. 

Mais bien sûr, en lisant Même pas Bêtes j’ai appris des tas d’autres choses formidables sur ce qui me rapproche ou me différencie de plein d’autres  animaux d’un point de vue sensoriel et anatomique…

Ma langue avec toutes ses papilles ne pèse que 50 grammes alors que celle de la baleine pèse 4 tonnes ! 

Je te dis pas le maelstrom, quand ces cétacés se roulent des pelles ou quand ils doivent la tourner 7 fois dans leur  bouche ! 

A la page 34, j’ai aussi appris que (je cite) : « Chez les nasiques, plus le nez est imposant, plus les testicules sont gros » certes Michel, tu précises « chez les humains il n’y a aucune relation entre la taille du nez et la grosseur des testicules »  mais à ce propos, je voulais juste savoir, si, comme me l’a affirmé Daniel Morin, cette particularité se rencontrait seulement chez les hommes d’origine égyptienne…

Bref, outre ses qualités pédagogiques, Même pas bêtes, en comparant la spécificité des cinq sens chez l’homme et chez toutes les espèces animales, nous rappelle que l’homme n’est pas une finalité de l’évolution, mais bien une branche parmi d’autres de cette évolution, ce qui nous amène à relativiser la supposée supériorité des hommes sur les animaux…

Waouh, ça c’est tapé ! Leila me disait d’ailleurs, « François François, vous êtes d’une rigueur scientifique digne des travaux des plus éminents éthologues. 

Franchement ça me change du vol intellectuel de Mathieu Vidard dans la Terre au carré. Et Nagui  désenchaîner « Le Vidard, vivement qu’il soit vidé »  

Voilà, cher Michel, mais vous le savez déjà : médisance, malfaisance et répugnances sont les mamelles de la Bande Originale ! Bonne émission quand même !

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.