Le Maréchal Ganache et Jean-Philippe Pétain font irruption dans l'émission de ce matin pour rappeler l'origine de la fête des mères, titres du film pour lequel Pascale Arbillot et Olivia Côte sont invitées.

Je vais être franc avec vous, Nagui. Longtemps, très longtemps, en vous écoutant vous laisser charrier, moquer, railler par la bande d’histrions aussi incultes que mal coiffés qui vous entoure, j’ai pensé que vous étiez un gars faiblard qui n’avait rien dans le froc... eh bien je le reconnais, je m’étais trompé sur vous et sur toute la ligne, comme disait mon vieux copain Maginot ! Car faut en avoir, dans le froc, et même en avoir un sacré paquet, pour évoquer comme vous le faites aujourd’hui « La Fête des Mères », sur une radio humanisto- progresso - repentanço- égalitaro - féministo - gaucho, où il est mal vu d’exalter les vertus féminines dans ce qu’elles ont de plus noble à savoir : le ménage et aussi le nourrissage et l’élevage des marmots. Mais je suis venu avec un ami, Nagui, qui tient à faire passer un message aux auditrices. Vous le connaissez, il s’agit de Jean-Philippe Pétain, le neveu du Maréchal Pétain...

Jean–Philippe Pétain : ”Manmans” Françaises, souvenez- vous ! C’est mon bon Tonton Philippe, qui, en 1941, instaura la Fête des Mères pour exprimer la reconnaissance de la Patrie à toutes ces « Manmans » courageuses qui supportèrent les épreuves les plus rudes à un des moments les plus sombres de notre histoire. Malheureusement, Monsieur Nagui, en ce qui vous concerne et en ce qui concerne ce film, je ne partage pas l’enthousiasme de mon ami Ganache. Dans ce film trompeur que vous encensez ce matin, les mères qui y sont fêtées ne sont que de mauvaises françaises. En effet, alors que mon Tonton Philippe avait interdit que les femmes mariées travaillassent, afin qu’elles restassent au foyer, pour procréer en masse de bons petits français, blonds et nourris à la mamelle, toutes les femmes du film  La Fête des Mères, au lieu de rester à la maison, exercent un métier. Et honte des hontes, il y a parmi elles, une présidente de la République ! Je ne vous félicite donc pas Mesdames Côte, et Arbillot, et je ne vous présente pas mes hommages. Quant à vous Nagui, sachez que le beau titre d’ « Animateur préféré des Français » qui vous est attribué, reste pour moi une douloureuse énigme ! Alors, pour que ça cesse, chers auditeurs, chères auditrices, n’écoutez pas cette émission.  Adieu. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.