Le père Albert, toujours ravi de rencontrer de jeunes garçons en recherche, regrette que Baptiste Lecaplain se soit débarrassé de sa timidité car il se serait dévoué pour le dénouer un peu.

Mon cher Nangui, nous - nous connaissons désormais assez intimement et bien plus que ne peuvent l’imaginer les auditeurs comme votre femme d’ailleurs, pour que je puisse vous confesser et ça restera entre nous - que si j’accepte de venir régulièrement vous épauler dans cette émission, c’est moins par intérêt pour vos invités dont le narcissisme n’a d’égal  que la soif de paraître, l’histrionisme pour ne pas dire  l’ exhibitionnisme... C’est moins par intérêt pour vos invités, disais-je,  que par compassion, par charité envers vous, Nangui, tant je souffre de vous voir flanqué de cet aréopage d’incapables qui plastronnent  et fanfaronnent  à cette table  à laquelle ils s’agglutinent comme les moules de Bouchot s’accrochent à leur pieu... 

Par bonheur et par chance la programmation de cette Bande Originale me réserve parfois d’heureuses surprises, comme la venue aujourd’hui de Baptiste Lecaplain. Bonjour Baptiste...

Je passe sur vos réticences, Nangui, à recevoir ce jeune  fantaisiste, et je m’en voudrais d’avoir à répéter ce que vous avez répondu à Ji & Bi, notre rédac’chef, quand réveillé en sursaut par les violents coups de pied que vous donniez tout à l’heure dans le duvet dans lequel il était encore enveloppé sous son bureau, il s’est  redressé en criant, hirsute et complètement paniqué :  

-  Ha hein ? Lecaplain ! Lecaplain ! 

- _Quoi « Lecaplain, Lecaplain ! », tu n’as que lui à me proposer ce matin ? O.K, à lui tout seul il est plus drôle que  Daniel Morin - Tanguy Pastureau - Alison Wheeler et Albert Algoud réunis, mais de là à me le farcir pendant  une heure et demie, faut pas pousser._

C’est alors que je vous ai apaisé Nangui en vous assurant  que pendant une heure et demie en regardant Origines, le nouveau one manchot de Baptiste, j’ai ri de bon cœur. J’ai ri et j’ai été ému car Baptiste y révèle avec humilité sa timidité originelle... Dont je regrette toutefois qu’il s’en soit un jour débarrassé... Car si tu  étais resté timide, Baptiste, tu n’aurais pas fini par succomber à la tentation de la chair... si tu avais gardé ta pusillanimité, tu ne serais pas tombé à l’âge de vingt trois ans,  dans le traquenard impur tendu par une fem...une ff...ille... une de ces boules de vice aux mamelles gorgées de concupiscence... Bref tu aurais gardé, comme moi, ta virginité... Comme je n’ai plus le temps pour un exorcisme flash qui te délivrerait  du démon de la lubricité, Baptiste, je te propose comme je le fais à mes jeunes en recherche de venir prier Sainte Savonnette sur la scène de stand-up purificatrice de ma camionnette tandis que je me flagellerai le fondement avec des dvd rouillés de Kev Adams. Bonne émission.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.