Rien que ce titre magnifique : “Sauver ou périr”, choix ultime, alternative poignante, dilemme cornélien entre une issue héroïque et une fin tragique, voilà un titre (et quel titre !) qui ne manquera pas d’attirer, d’appâter, de captiver, de fasciner, le public, à commencer par celui de France Inter...

Jean-Jack :  Nagui, mon ami, rien que ce titre magnifique : « Sauver ou périr », choix ultime, alternative poignante, dilemme cornélien  entre une issue héroïque et une fin tragique, voilà un titre (et quel titre !)  qui ne manquera pas d’attirer, d’appâter, de captiver, de fasciner, le public, à commencer par celui de France Inter, public (pardonnez-moi ce jeu de mot un peu facile, cher Pierre Niney, chère Anaïs Demoustier) un public qui brûle de découvrir cette histoire...

Ceci dit, Naguinounet, en vous écoutant vous enflammer (décidément j’enfile la métaphore) comme vous venez de le faire pour « Sauver ou périr », je me suis dit :  Ce n’est pas animateur qu’il aurait dû être, ce Nagui, mais bonimenteur, capable de  vendre des boutons de manchettes à un manchot, des côtes de porc à un Imam Vegan, des extincteurs à un pyromane, car « Nom d’une colonne de Buren ! » comme dirait mon cousin Jack... tout à l’heure dans le bureau de la Bande Originale, alors que pour redonner un coup de  peps à mon visage carbonisé au U V, je me passais discrètement du blush rajeunissant je vous ai vu Nagui, incendier au sens propre comme au sens figuré, ce pauvre Ji & Bi, puisque tout en l’insultant, vous tentiez de mettre le feu à sa barbe hirsute avec les allumettes dont il s’était pourtant servi récemment pour allumer servilement votre gâteau d’anniversaire.

- Encore un film sur les pompiers ! ras le bol des films de pompiers !

- Mais pourquoi, ô mon maître ?

- Mardi, avec Jean - Jacques Hannaud on a évoqué La Guerre du feu…

- Mais ce n’est pas un film de pompiers…

- Tais - toi et passe moi mes fiches sur les invités !

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.