Mon cher Nan-Gui, pour expliquer le succès de ce trilaire, comme nous recevons aujourd’hui Olivier Mârchâl - coucou Olivier !

Je m’en tiendrai à la prestation d’Olivier qui, dans le rôle du capitaine Niemans est particulièrement convaincant… tout en rudesse généreuse, en humanité bougonne, en perspicacité dubitative…

Bien sûr, j’ai été impressionné - j’en ai encore les poils des mollets qui se dressent - par l’ambiance lugubre  de ces enquêtes menées dans des contrées arriérées, où dans l’ombre des forêts profondes,  champignonnent comme autant d’amanites phalloïdes, les serial killers, les détraqués sectaires, des pervers illuminés…

Sur un plan plus personnel, j’ai été touché par ce personnage, voué au célibat, comme moi, dont la vocation, je dirai même le sacerdoce, consiste à se pencher, comme moi, sur le versant maléfique, satanique de l’âme humaine…

D’ailleurs, si le capitaine Niemans  devait enquêter sur vos agissements, Nan-gui, je suis sûr qu’il ne manquerait pas de mettre à jour votre duplicité… Heureusement, cher Olivier Marchâl, que vous n’avez pas entendu, juste avant l’émission les reproches hurlés par Nagui à J & Bi, notre rédac’ chef, dont le physique rustique,  typique de la région de Coulommiers, n’est pas sans évoquer celui de certains figurants des Rivières Pourpres…

Nagui : Encore une série ! J’en peux plus des séries ! Mardi j’avais déjà dû me farcir La Vérité sur l’Affaire Harry Québert, les 8 épisodes ! Juste avant, je m’étais appuyé les 6 épisodes de Aux Animaux la guerre et  les 6 de Dix pour cent... Et pour Lundi faut que je me cogne les 8 d’Hippocrate… Alors je peux te dire que « Les rivières Pourpres »  j’ai fait l’impasse et t’as intérêt à m’avoir fait une bonne fiche qui donne le change , parce que le Marchal, faut pas le prendre pour un baltringue…

La suite à écouter et à retrouver en vidéo !

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.