Jean-Jack Lang fait un drôle de rêve dans lequel le père Albert fait des prédictions étranges...

Chère Leïla, cher Daniel, si je ne craignais pas d’être taxé de filouterie, de grivèlerie, de duperie, de tromperie, d’escroquerie... Des tas de trucs en « rie »... Je vous inciterai à respecter une minute de silence en hommage à Mike Brant, inoubliable interprète de « Qui saura », de « C’est comme ça que je t’aime ». Mike, qui nous quitta, hélas un 25 avril, en 1975…

Daniel : Mais Pourquoi Jean-Jack Lang risqueriez-vous d’être taxé de filouterie ?

Jean-Jack Lang : Parce que cette minute de silence faisant partie de mon sketch, je toucherai des droits d’auteur sans pour autant dire un mot... Ceci dit, en ce moment, le soir quand je rentre chez moi, eh bien... tout en sirotant une infusion « Les deux Marmottes, cocktail transit », à base de pissenlit, de lin et de baie de sureau, je réécoute les vinyles de Richard Antony dont l’impérissable « Amoureux de ma femme » et surtout des disques de Mike Brant que j’ai conservés pieusement... Hier soir, donc, après avoir bu mon infusion « Cocktail transit », avant de me mettre au lit, j’ai placé sur mon tourne disque Teppaz, la Face A de mon 45 tours préféré de Mike Brant : « C’est ma prière », et quand j’écoute, « C’est ma prière », je me recueille, et quand je me recueille, je ferme les yeux, et quand je ferme les yeux, je m’endors, et quand je m’endors... Je rouvre soudain les yeux, je saute du lit, car les effets de l’infusion « cocktail transit » se font sentir, c’est le cas de le dire, impérieusement, et c’est alors la grande course à la porcelaine... 

Quand je reviens dans ma chambre, je me recouche, je remets le  disque en marche, et cette fois, en écoutant « C’est ma prière », je me recueille à nouveau, je ferme les yeux, et quand je ferme les yeux, je m’endors, et quand je m’endors... je rêve.

...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.